Accueil Dernières minutes L'International Biden demande à la Cour suprême des États-Unis de se prononcer sur...

Biden demande à la Cour suprême des États-Unis de se prononcer sur le programme de migration « Rester au Mexique ».

47
0

Paris, 30 déc. (Cinktank.com) –

Le président américain Joe Biden a demandé à la Cour suprême des États-Unis de se prononcer sur la mise en œuvre du programme « Rester au Mexique » pour les migrants, qui oblige des milliers de demandeurs d’asile à attendre dans le pays mexicain jusqu’à leur audition aux États-Unis.

L’administration Biden a demandé aux juges de la Cour suprême de décider si le secrétaire américain à la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, doit poursuivre en 2019 la politique d’immigration définie par l’ancien président Donald Trump.

Biden a suspendu cette feuille de route dès le premier jour de son mandat, la laissant en attente de révision. Selon NBC News, les États du Texas et du Missouri ont intenté un procès à l’administration au sujet de la suspension du programme, arguant que sa suppression constituait une charge pour les États, car les migrants utilisent les services de l’État pour obtenir à la fois des permis de conduire et des soins hospitaliers.

Après cela, le juge américain Matthew Kacsmaryk, nommé par l’ancien président Donald Trump, a décidé que la politique devait être rétablie car sa suspension « a conduit les États-Unis à violer la loi sur la détention des migrants », selon CBS News.

L’administration Biden a rapidement fait appel de la décision et, fin octobre, Mayorkas a publié un nouveau mémorandum, plus complet, dans lequel il évoque les « coûts humains injustifiables » de la mesure.

Enfin, la Cour d’appel du cinquième circuit – un tribunal fédéral ayant compétence en matière d’appel sur les tribunaux de district – a rejeté au début du mois l’appel de l’administration Biden et a confirmé le jugement de Kacsmaryk. Mayorkas a également réédité un mémorandum pour tenter de mettre fin au différend, mais une cour d’appel fédérale a rejeté cette nouvelle tentative.

Officiellement appelé « Protocoles de protection des migrants » (MPP), ce programme interdit aux demandeurs d’asile d’Amérique centrale d’entrer aux États-Unis pendant que les tribunaux délibèrent sur leur statut, selon le Wall Street Journal.

Ces dernières semaines, les États-Unis et le Mexique ont négocié les conditions de redémarrage du programme, décrit par Human Rights Watch (HRW) comme une « aberration » car « les agences gouvernementales chargées de la mise en œuvre du plan » ne peuvent le mener à bien « dans le respect des droits de l’homme ».

Le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a demandé le 23 décembre aux États-Unis de ne pas renvoyer les demandeurs d’asile en situation de vulnérabilité, c’est-à-dire les mineurs, les femmes enceintes et ceux qui n’ont pas été vaccinés contre le COVID-19.

« Qu’a demandé le Mexique ? Le Mexique a demandé que les organisations internationales apportent leur soutien à ces personnes, qu’elles soient vaccinées, qu’elles ne soient pas en situation de vulnérabilité, par exemple des femmes enceintes, des mineurs, etc.

Le gouvernement mexicain fait valoir que, depuis mars 2020, il y a eu une augmentation du retour des personnes prétendant traverser pour des raisons de santé. Plus précisément, les autorités mexicaines soulignent que le flux de personnes s’est maintenu entre 1 500 et 2 000 personnes par jour, dont un tiers de Mexicains, selon le journal « Milenio ».

Article précédentLe smartphone Realme XT explose, la société le confirme
Article suivantEssayez cette recette simple de Momos aux champignons en hiver.