"Un privé à Malibu", le chainon manquant entre la série et le film "Alerte à Malibu"

Chroniques
Audio picto à l'écoute
22.06.2017
Comme Baywatch avant lui, le show faillit être annulé après sa première saison, mais encore une fois, Hasselhoff et ses collègues tentent le coup pour une deuxième saison aux orientations bien différentes.

Baywatch Nights)

Alors qu'"Alerte à Malibu" avec Dwayne Johnson et Zac Efron débarque au cinéma le 21 juin recueillons-nous un instant sur cet ovni télévisuel qu'a été "Un privé à Malibu", spin off de sa grande sœur "Alerte à Malibu" avec le sémillant Mitch Buchannon.

A lire aussi: BAYWATCH C'EST LE GENTIL FILM OÙ LE RÉALISATEUR NE S'EST PAS TROP MOUILLÉ (EH EH EH)

Pour les plus jeunes, Baywatch était une série qui s'intéressait à la vie professionnelle et personnelle des sauveteurs du comté à Los Angeles. Ceux-ci passaient leur temps à sauver les gens de la noyade, mais pas que, ils s'attaquaient à moultes risques maritimes comme chasser le requin, lutter contre les tremblements de terre et accessoirement les tueurs en série. La série avait presque été annulée après une première saison décevante en terme d'audience en 1989, mais flairant le bon coup le créateur Greg Bonann, ancien sauveteur et s'est inspiré de ses propres souvenirs sur la plage et au rôle principal David Hasselhoff, ont ressuscité la série en investissant de leurs poches. Résultat, "Alerte à Malibu", reste à ce jour, la série la plus vendue dans le monde et compte 243 épisodes de 45 minutes, diffusés entre le 23 avril 1989 et le 6 avril 1990 sur le réseau NBC pour la première saison puis entre le 23 septembre 1991 et le 14 mai 2001 en syndication (pratique qui consiste à vendre à plusieurs diffuseurs le droit de reproduire un contenu ou de diffuser un programme).

Surfant sur le succès "d'Alerte à Malibu" et répondant à l'envie d'Hasselhoff d'aller voit ailleurs, mais pas trop loin quand même. Soutenu par le principe de nombreux producteurs souhaitant investir peu, gagner un maximum, avec un minimum de risques, voulant qu'une série (produit) est plus facile à commercialiser si celle-ci ne débarque pas de nulle part, mais est issue d'un concept ayant déjà fait ses preuves. L'idée à germé dans la tête, dont ne sait qui, de créer une série policière autour du personnage de Mitch Buchannon.

Série, qui portera le nom tout trouvé de "Baywatch Nights", traduit en français, non pas par "Alerte à Malibu la nuit" mais par un plus approprié "Un privé à Malibu".



“In the city of angels, under cover of night, people are drowning in a sea of light...”

"Dans la ville des anges, sous couvert de la nuit, les gens se noient dans une mer de lumière ..."

Tel le célèbre générique de la non moins fameuse (pour les plus de 30 ans) série "Le rebelle", c'est par une voix off inspirée que commence "un privé à Malibu"

A lire aussi: "LA MOMIE" AVEC TOM CRUISE, MARQUE T-IL UN TOURNANT DANS LA COURSE À LA FRANCHISE?

À l'origine, la série suivait le sergent Garner Ellerbee (Gregalan Williams), agent de police résident de la baie, alors il quittait son emploi pour fonder une agence de détective au-dessus d'une discothèque à Los Angeles, et à ce moment Mitch Buchannon (Hasselhoff) le rejoint, mais alors sans aucune raison (déjà, ça commence bien)...

Avec Ryan McBride, expert en médecine légale (Angie Harmon, connue pour ses rôles dans New-York, police judiciaire et Rizzoli and Isles ) et une mentaliste Destiny Desimone (Lisa Stahl), ils résolvent des crimes en tous genre, aidés dans leurs aventures par des scénarios qui fleurent bon les 9O's type "Agence Acappulco", "Les dessous de Palm Beach" ou bien "Pacific Blue".


Baywatch Nights)

Alors que Baywatch autorisait souvent ses personnages à agir au-delà de leur prérogatives professionnelles du sauveteur (angle que le nouveau film saisi avec ironie), "Un privé à Malibu" se cantonne au procédural classique, loin des préoccupations du bord de la mer, des nageurs et des requins.

Prenons l'exemple de quelques épisodes:

Bad Blades - Un magnat du cosmétique demande à Mitch, Garner et Ryan d'enquêter sur l'implication de son fils dans une bande de cambrioleurs de patin à roulettes.

Kind of A Drag - Mitch se travesti en femme pour attraper les agresseurs d'une troupe de drag queens (oui, oui).

Étonnamment (ironie), les audiences sont au plus bas et les critiques pas aussi bonnes que pour "Alerte à Malibu", qui est certes culte, mais je mets au défi quiconque de bingwatcher une saison complète de la série. Yasmine Bleeth, Michael Newman, Alexandra Paul et Billy Warlock font bien des apparitions pour tenter de relever la barre, mais rien n'y fait. Même le personnage de Destiny disparaît après 10 épisodes et est remplacé par des nouveaux Griff Walker (Eddie Cibrian) et Donna Marco (Donna D'Errico, qui rejoindra "Alerte à Malibu"), toujours aucun changement.

A lire aussi: NE VA PAS VOIR L'ANGOISSANT "CREEPY" SI T'AS DES VOISINS CHELOUS

Comme Baywatch avant lui, le show faillit être annulé après sa première saison, mais encore une fois, Hasselhoff et ses collègues tentent le coup pour une deuxième saison aux orientations bien différentes. C'est à cet instant que la série devient intéressante, non par la qualité de celle-ci, mais par le choix artistique d'orienter une série policière, dérivée d'une série sur des sauveteurs en mers, vers une série fantastique ! Putain les années 90, c'étaient vraiment tip top !



Qui dit changement de ton dit forcément changement de phrase d'accroche.

“The nights will never be the same.”

"Les nuits ne seront jamais les mêmes."

La chanson thème de Lou Rawls "After The Sun Goes Down" est remplacée par une version instrumentale de Saxophone, on y retrouve des hurlements de Loup Garous à la Buffy et on découvre notre bon Mitch déambulant dans un cimetière.

Pourquoi ce changement me direz-vous ?

Et bien, nous sommes en 1996 et X-Files qui entre dans sa quatrième saison sur FOX est l'un des shows TV les plus populaires dans le monde. Et soyons honnête, Baywatch Nights mérite qu'on s'y intéresse, non pas encore une fois pour ses qualités d'intrigues, mais bien par cette folie qui a pris les décideurs du show d'aller franco dans un genre aux antipodes du postulat d'origine.


Baywatch Nights)

Quid du sergent Garner Ellerbee, Mitch continu seul son job de détective privé dans la saison 2, il lutte maintenant contre les menaces surnaturelles avec l'aide d'un nouvel allié, l'expert en paranormal Diamont Teague (Dorian Gregory, Charmed).

Et j'aime autant vous dire que maintenant on rigole plus.

Terror From The Deep - Mitch enquête sur un cargo qu'une femme prétend avoir vu être coulé par un monstre marin en Nouvelle-Guinée.

The Creature - Mitch, Griff et Ryan enquêtent sur une série de meurtres commis par une femme à motié poisson qui cherche à s'accoupler pour avoir un bébé.

Au début de la saison Mitch se montre d'abord sceptique sur le surnaturel “I don't believe in the Tooth Fairy” qu'on pourrait traduire par "Je ne crois pas à la petite souris".
Mais ça, c'était juste pour les deux, trois premiers épisodes.

Space Spore - La poussière radioactive d'une navette spatiale est accidentellement déposée sur le champ d'un agriculteur.

The Mobius - Un ancien camarade d'école de Ryan leur montre à elle et à Mitch un laser qui les téléportes dans un univers parallèle.

The Eighth Seal - Mitch est possédé par un démon qui a besoin d'un sacrifice pour assoire pouvoir sur Terre.

Un indice qui ne trompe pas, Chad et Carey Hayes, les responsables de l'écriture de la saison 2, se sont ensuite fait connaitre en écrivant des films d'horreur à succès dans les années 2000 (House of Wax, 2005, The Conjuring, 2012)...

A lire aussi: BAYWATCH ET LES CHOSES QUI BALLOTTENT

Un changement de ton, qui aurait pu réussir, mais confronté à des problèmes inhérents de faire une série sur des monstres et sur le surnaturel avec un budget low-cost de Baywatch, on obtient des effets spéciaux pas franchement réussis et une quantité phénoménale de plan "cassé", qui est une prise de vues, durant laquelle le cadreur incline sa caméra, soit sur la droite, soit sur la gauche, formant un angle plus ou moins accentué avec les lignes verticales, la ligne d'horizon n’étant pas parallèle au bas du cadrage. On en retrouve beaucoup chez Terry Gilliam et aussi beaucoup dans un nombre non-négligeable de productions fauchées des années 90. La série a été définitivement annulée en 1997 après 44 épisodes de pure folie.

On retiendra surtout la seconde saison, le "geste" artistique suicidaire et opportuniste qui aboutira à finalement un échec magnifique.

À ce sujet, David Hasselhoff déclara lors du Bristol Bad Film Club en 2015,
"Nous avons eu une très bonne distribution et c'est l'une des plus grandes déceptions de ma vie que nous n'ayons pas été autorisés à faire ce que nous voulions faire. Cela aurait marché s'ils nous avaient laissés tranquilles, mais tout le monde s'inquiétait, car, en raison des mauvaises critiques du début, nous n'avons jamais eu l'occasion de développer la série".

Rédaction Cinktank