Et si la meilleure adaptation de la légende du Roi Arthur était une BD ?

Chroniques
Audio picto à l'écoute
12.06.2017
"Arthur" est divisé en trois cycles de trois tomes paru entre 1999 et 2006 aux éditions Delcourt, la saga nous présente d'abord Merlin (ou Myrddin en VO, je vous avais prévenu) dont on suivra l'apprentissage.

arthur

Si la sortie récente du Roi Arthur version Guy Ritchie nous rappelle qu'adapter un mythe nécessite une bonne dose de savoir-faire et d'un minimum de sens de la narration, il est de bon aloi de rappeler à certains qui seraient lassé de regarder pour la 50ème fois le sublime « Excalibur » de John Boorman qu'il existe en BD une série de 9 tomes qui constitue sans aucun doute à ce jour la version la plus fidèle au mythe arthurien dans un média mainstream.

A lire aussi: GUY RITCHIE A SÛREMENT FAIT SON UNIQUE "KING ARTHUR"

En s'étant longuement documenté et adoptant le parti-pris radical de conserver les noms originaux dans la langue de l'époque, ce qui fait qu'il va falloir vous habituer à voir des w, des k et des y dans à peu près chaque syllabe de chaque prénom et de chaque ville de l'oeuvre, David Chauvel n'a pas choisit de rendre le tout accessible à tous. Le scénariste choisit aussi de conserver un ton solennel tout en gardant l'aspect mythologie du conte médiéval (magie, Dieux, exploits épiques et impossibles, créatures fantasmagoriques, pouvoirs) ce qui fait qu'il n'est recommandé aux tenants de la logique et du réalisme type Nouvelle Vague.


arthur

"Arthur" est divisé en trois cycles de trois tomes paru entre 1999 et 2006 aux éditions Delcourt, la saga nous présente d'abord Merlin (ou Myrddin en VO, je vous avais prévenu) dont on suivra l'apprentissage. La mise en place est fastidieuse, compliquée, demandant beaucoup d'attention de la part du lecteur (je m'y suis repris à deux fois, à plusieurs années d'intervalle, avant de vraiment me passionner pour le récit) et Chauvel inclut également dans ce récit l'adaptation d'autres légendes encore plus anciennes (et avec des noms de personnages encore plus improbables) qui donne à l'ensemble plus de relief et plus de sens profond. Ces passages sont également l'occasion pour le dessinateur Jérôme Lereculey de proposer un dessin qui évoque plus l'art naïf de l'époque, véritable tour de force graphique. Arhur (ou Kwarthuryy... non, j'déconne) n'apparaît que dans le tome 2 avant que le 1er cycle ne s'achève sur un cliffangher introduisant un peu plus en profondeur la fée Morgane.

A lire aussi: WONDER WOMAN MARQUE LA VRAIE ARRIVÉE DE DC DANS LE GAME DES SUPER-HÉROS AU CINÉMA

L'autre cycle est consacré à l'adaptation de trois histoires d'amour concernant soit des chevaliers d'Arthur, soit des contemporains (comme Tristan et Iseult, enfin, Drystan et Esyllt). Ce cycle n'est pas indispensable à l'oeuvre complète mais le ton reste le même, les histoires sont intéressantes et le dessin de Lereculey vaut toujours le coup d'oeil.

A lire aussi: UBISOFT NOUS ENVOIE EN ANCIENNE ÉGYPTE AVEC LE PROCHAIN ASSASSIN'S CREED : ORIGINS

J'en profite d'ailleurs pour féliciter ce dessinateur, au style réaliste détaillé, qui proposera tout au long de l'aventure des planches magnifiques, d'abord trop chargées et au découpage trop serré, avant de faire des progrès graphiques ahurissants au fur et à mesure, jusqu'à atteindre une forme d'apogée pour le grand final. Le pari était d'autant plus dur à relever que beaucoup de personnages se ressemblent mais il se fait plaisir avec le graphisme des armes, des armures, des décors et de visages de ces guerriers ultimes, proposant également bon nombre de plans iconiques, avec des couleurs vives tranchantes, le tout au milieu de batailles épiques sanglantes.


arthur

L'ultime cycle renouera avec l'histoire principale, avec l'accomplissement du destin du Roi Arthur, un cylce plus grave, plus profond, plus meurtrier que jamais, qui se conclura sur l'ultime bataille des Chevaliers de la Table Ronde, et à la fin de laquelle il ne sera pas interdit de verser une petite larme. Une conclusion épique, magnifique, tragique et grandiose, qui clôturera en beauté cette merveille du genre.

A noter que ce duo magique se reformera le temps d'un one-shot pour le compte de la série des 7 (l'épisode « Sept voleurs »), ce qui leur donnera envie de commencer une nouvelle série dans le genre de l'heroïc fantasy du nom de « Wollodrïn », véritable chef d'oeuvre du genre toujours en cours de publication et dont j'attends chaque tome avec impatience.


arthur

Texte: Loïck Guerel