Le Test de Bechdel est-il vraiment infaillible ?

Chroniques
Audio picto à l'écoute
01.07.2017
Dernière marotte de notre époque contemporaine, c'est de mesurer la place de la femme au cinéma. On a donc vu fleurir pléthore d'articles sur le fameux test de Bechdel, marqueur de la place de la femme sur grand écran.

S'appuyant sur trois critères, le Test est censé déterminer si un film est féministe ou non. Pourtant, il est évident que le cinéma, qui plus est celui d'Hollywood, est grandement machiste (quoiqu'on attende toujours une grande cinéaste venue d'Iran, d'Afghanistan, de Colombie ou de n'importe quel autre pays émergeant). Cela tient en grande partie à la forte masculinisation de la profession (et ce, à de nombreux postes) et bien sûr au fait que la société a du mal à promouvoir des femmes à des postes qui sortent de « leurs domaines de prédilection ».


less-grossman

À lire : JANE CAMPION ET LES MACHOS DU CINÉMA

Pour autant, dès le départ, ce test est imparfait. Non pas inutile mais imparfait. Pourquoi donc ? Et bien déjà, parce qu'il exclut tous les films qui ne compteraient qu'une seule femme au casting (que ce soit seule à l'écran ou bien avec un autre homme), sans pour autant que le reste du film développe un propos anti-féministe. De même, s'il a le bon goût d'éliminer les films qui appartiennent au genre dit de la Schtroumphette (une femme, plusieurs hommes), cela peut être bloquant si le seul personnage féminin est positif au milieu d'une armée de rôles masculins composés d'abrutis machistes.


planet-terror

Le Test est aussi problématique dans le sens où il pourrait gêner la narration d'un film. Par exemple, si on a un thriller ou un drame qui parle d'une femme battue, humiliée, rabaissée par son mari/petit ami/frère/père, cette dernière subissant le tout sans en parler par exemple à la police (une policière évidemment pour passer le Test) ou à une amie, et au cours de cette discussion, elles ne parleraient pas des sévices qu'elle subit par cet homme afin de pouvoir le passer, ce foutu Test !

À lire : UNE BRÈVE HISTOIRE DE CES FEMMES DONT LES TRAVAUX ONT ÉTÉ RÉCUPÉRÉS PAR DES HOMMES

Si on se concentre sur les critères retenus par Bechdel, on voit qu'il n'est à aucun moment mentionné le fait de la représentation positive ou progressiste de la femme. Sans parler des hommes en permanence, un film pourrait passer le cut du Test en représentant des bonnes ménagères qui blablatent de tout et de rien (enfin, sauf des hommes) tout en nettoyant la cuisine, faisant le ménage, pliant les slips de leurs oppresseurs (pardon, maris) et que sais-je encore. Mais bon, pour l'émancipation, on repassera !



Ensuite, on en fait parfois trop avec ces outils de mesures et que ces derniers viennent se rajouter, par exemple au niveau des blockbusters, au milieu de tous les autres indicateurs et critères cochés par les costards cravate amateurs de statistiques qui conçoivent ces produits à 200 M$. La création n'a pas besoin d'un énième cerbère moral et je crains le jour où le Test deviendra un argument marketing.


thelma-et-louise

Autre écueil, le Test se concentre uniquement sur des critères littéraires alors que par définition, le cinéma est un art visuel. On pourrait par exemple imaginer un film porno qui pourrait très bien passer le Test puisque rien n'interdit, on l'a vu plus haut, de montrer des violences ou des humiliations subies par une femme. Et je doute aussi que le porno soit un genre considéré comme féministe (même s'il peut l'être entre de bonnes mains, comme n'importe quel genre).

Et enfin, je dirais que ce Test n'est pas pertinent parce que, tout simplement, il ne permet en aucune façon de juger de la qualité d'un film. C'est ainsi que « Sueurs froides » et « Citizen Kane », soit les deux films qui se disputent la place du plus grand chef d'oeuvre de tous les temps, ne passent pas le Test.

Est-ce si grave ?

Non, car ces deux films sont des chefs d'oeuvre quoiqu'il arrive, tout comme « Casablanca », « Le cuirassé Potemkine », « Le Kid », « Intolérance », « Mr Smith au Sénat », « Le trésor de la Sierra Madre », « Rashomon », « Johnny Guitare », « 12 hommes en colère », « Rio Bravo », « La Dolce Vita », « À bout de souffle », « Goldfinger », « Le bon, la brute et le truand », « Orange mécanique » et des centaines d'autres encore. A contrario, je m'étonne franchement de voir des trucs du style « 50 nuances de Grey », « XxX 3 », « Expendables 2 » « Fast & Furious » 5, 6 et 7 et quelques autres encore passer ce test avec succès.

À lire aussi : WONDER WOMAN ET LES MEUFS BADASS DE "FASTER, PUSSYCAT! KILL! KILL!"

Cela ne veut pas dire qu'un bon film doit obligatoirement manquer le Test et inversement, c'est juste qu'un Test orienté dans un but militant (représentation de la femme, des personnes de couleur, des religions et autres) ne devraient pas être autant mis en avant dans la création car le cinéma humaniste (et plusieurs films cités parmi ceux ayant échoué appartiennent à cette catégorie) ne fait pas ce genre de distinction tout comme un film se pose comme un vecteur universel pour aborder différents sujets. Et tant pis si certains esprits chagrins ne savent pas apprécier un film sans le passer au détecteur de mille tests différents car on risque de se retrouver avec une production fade, uniforme, bien-pensante, conformiste, inodore et incolore.

Ça vous fait rêver, vraiment ?


domino

texte : Loïck Guérel