"12 jours", Raymond Depardon dans les méandres de la folie

Critiques
Audio picto à l'écoute
03.12.2017
Lui est un témoin privilégié et curieux, cherchant à comprendre les méandres de la folie d'individus noyés dans la masse (chaque année, il y a en France environ 92 000 mesures d’hospitalisations psychiatriques sans consentement).

Après avoir filmé un asile italien dans "San Clemente" (1982) et les urgences psychiatriques de l’hôtel-dieu à Paris dans "Urgences" (1988), Raymond Depardon pose sa caméra et son regard au Centre hospitalier Le Vinatier de Lyon (le plus grand hôpital psychiatrique de France). Dans "12 jours", nous assistons à dix audiences (72 ont été filmées), comme autant de portrait d'individus prisonniers de leurs psychés. Face à eux, des juges devant statuer sur une éventuelle sortie de l'établissement. En effet, depuis le 27 septembre 2013, les patients hospitalisés sans consentement dans les hôpitaux psychiatriques doivent être présentés à un juge des libertés et de la détention avant 12 jours.

À lire aussi: "COCO", VERS LA FAMILLE ET L'AU-DELÀ !


12 jours film depardon

12 jours depardon

Le dispositif scénique utilisant 3 caméras, l’une pour le patient, l’autre pour le magistrat et une troisième pour un plan général, permet de mettre au même niveau tous les intervenants. Le regard du réalisateur, jamais misérabiliste, ni complaisant et les témoignages parfois drôles, dramatiques ou gênants, touchent systématiquement. C'est la force de "12 jours", celle de ne jamais limiter le mot "fou" à une seule définition, mais bien de démontrer la diversité des pathologies. Il est alors difficile de ne pas éprouver une forme d'empathie et un sentiment de proximité, pour ces personnes qui pourraient être des membres de notre famille, des proches et pourquoi pas nous.


12 jours film depardon

12 jours depardon

Par contre, jamais Raymond Depardon ne cherche à justifier les actes, parfois graves, que l'on put commettre certains malades. Il n'est simplement pas là pour juger, c'est le travail de la justice. Lui, est un témoin privilégié et curieux, cherchant à comprendre les méandres de la folie d'individus noyés dans la masse (chaque année en France, il y'a environ 92000 mesures d’hospitalisations psychiatriques sans consentement).



Chaque audience est suivie de séquences, comme suspendues dans le temps, du quotidien de ces malades. La caméra circule librement dans le centre hospitalier soutenu par la musique d'Alexandre Desplat provoquant une sensation de mystère, qui rappelle parfois l'univers de Twin Peaks. Une filiation finalement pas si lointaine, tant la série de Lynch, aborde les thèmes de la folie et de la difficile distinction entre réel et imaginaire.

À lire aussi: "C'EST TOUT POUR MOI" : LE PIED-BOUCHE SURPRISE DE NAWELL MADANI


12 jours film depardon

12 jours depardon

Néanmoins, "12 jours" reste un documentaire sur de vrais individus qui malgré leur vulnérabilité et par le prisme de leur folie portent un regard différent sur notre société. Une oeuvre précieuse, forte et dérangeante illustrant à merveille la citation qui ouvre le film : "De l'homme à l'homme vrai, le chemin passé par l'homme fou" du philosophe français Michel Foucault.

À lire aussi: "MUDBOUND", ÉPOPÉE SUDISTE AU COEUR DES TENSIONS RACIALES AVEC UNE EXCEPTIONNELLE MARY J BLIGE


12 jours film depardon

12 JOURS

De Raymond Depardon

Date de sortie 29 novembre 2017.

Rédaction Cinktank