"C'est tout pour moi" : le pied-bouche surprise de Nawell Madani

Critiques
Audio picto à l'écoute
02.12.2017
Vu la bande annonce, vu le sujet, vu comme on sait très bien comment ça se passe quand un humoriste passe au cinéma, on s'était dit que ça sentait la grosse merde.

Si t'as aimé : School of Rock, Tout ce qui brille et Le Nouveau

Il faudrait ne pas avoir de coeur pour ne pas aimer "C'est tout pour moi". Et du coeur, chez Cinktank, on n'en a pas forcément, tant on est conditionnés par cette société cynique et capitaliste qui nous consume de l'intérieur. Mais quand même, sous cette apparente force et ce détachement flegmatique, se cachent des sentiments qui ne demandent qu'à être attrapés à la main. C'est un peu ce que Nawell Madani a fait avec son premier film.


cest tout pour moi

Autant te le dire tout de suite, toi qui nous lis, on était partis avec des préjugés. Vu la bande annonce, vu le sujet, vu comme on sait très bien comment ça se passe quand un humoriste passe au cinéma, on s'était dit que ça sentait la grosse merde. Ouais, cash, plein de mauvaise foi on t'a dit. La grosse merde bien cul-cul la praloche essayant d'être absolument drôle pour contre-carrer le fait que c'est difficile d'aller dans le drame. Ou justement l'histoire voulant te faire absolument pleurer pour te faire oublier que tu regarde quelque chose de vide. On n'en citera pas ici. Mais, t'en connais, j'en connais, on en connait. On sait. Hein, on sait.


cest tout pour moi

cest tout pour moi

cest tout pour moi

Et puis, Nawell Madani, cette sorcière, elle nous a eu. "C'est tout pour moi" est un film qui te surprend dans sa construction : ce n'est pas QUE l'histoire d'une fille qui part à l'attaque de Paris pour réussir. Il surprend dans le casting, autant dans les jeunes actrices incarnant Nawell et sa soeur jeunes, que les femmes jouant ses co-détenues en prison (peut-être la meilleure séquence du film).

Et la révélation incarnée par Mimoun Benabderrahmane, pas du tout comédien mais chauffeur de VTC à la base, découvert par la réalisatrice un jour où elle prenait un taxi à Paris. Un homme au charisme tellement naturel qu'il permet à son personnage de ne pas être seulement le père classique qui refuse de voir sa fille partir, mais nous offre une performance vraiment forte et rare pour ce genre de film. Un amateur qui met à l'amende François Berléand (par ailleurs très bon aussi), une histoire à l'américaine.


cest tout pour moi

cest tout pour moi

cest tout pour moi

"C'est tout pour moi", loin de la comédie d'ascension sociale traditionnelle, nous propose d'aller faire un tour dans l'envers du décor des clips de Hip Hop clichés (avec la petite apparition de Fianso, totalement en autodérision) et de l'univers du stand-up. Arrivant même à mettre un petit tacle à ses confrères en faisant écho à la polémique résente sur le vol de vannes entre humoristes. Nawell Madani, qui a eu la bonne idée de faire appel à un réalisateur expérimenté (Ludovic Colbeau-Justin) pour lui permettre de structurer sa mise en scène, joue parfaitement son rôle sans en faire jamais trop malgré son apparent caractère de feu. Alors on va l'attendre au tournant pour la suite. C'est ça de réussir son premier film.




cest tout pour moi

C'est tout pour moi
Un film de (et avec) Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin, avec François Berléand, Artus, Mimoun Benabderrahmane, Antoinette Gomis, Lara Laquiz, Djebril Didier Zonga, Olivier Barthélémy, Walid Afkir...

rédaction Cinktank