"Coco", vers la famille et l'au-delà !

Critiques
Audio picto à l'écoute
01.12.2017
Il y a une idée par image et le film parvient constamment à maintenir le fragile équilibre entre légèreté et gravité.

Si t'as aimé : "Là-haut" et "La Légende de Manolo"

Après avoir coréalisé "Le Monde de Nemo" avec Andrew Stanton et mené seul "Toy Story 3", Lee Unkrich et son équipe d'animateurs nous embarquent dans une aventure au pays des morts.

À lire aussi: "MUDBOUND", ÉPOPÉE SUDISTE AU COEUR DES TENSIONS RACIALES AVEC UNE EXCEPTIONNELLE MARY J BLIGE

Miguel et sa famille vivent dans une petite ville du Mexique. Depuis l'abandon de son arrière-arrière-grand-père, guitariste, la musique est bannie de la vie des Rivera. Pourtant, le jeune Miguel passionné et inconditionnel de la superstar Ernesto de la Cruz, décide de braver l'interdit et par un improbable concours de circonstances, se retrouve projeté au pays des morts. La course contre la montre s'engage alors pour le jeune garçon, contraint de retrouver son aïeul pour ne pas rester bloqué pour toujours de l'autre côté.


coco

coco

Il n'y a pas à dire, la formule on la connaît, le récit est balisé et pourtant ça marche. Difficile de ne pas être emporté par cette histoire, qui plus de parler de la mort est une ode à la famille et aux liens intergénérationnels. "Coco" parle à tout le monde et ses différents niveaux de lecture pourraient toucher même plus les adultes que les enfants. Ceux-ci, pas encore concernés par les problématiques existentielles, soulevées par de judicieuses allégories, ne seront pas en reste, emportés dans un déferlement d'images aux couleurs chatoyantes et par une action au rythme effréné.



Le souci du détail et l'esthétisme, inspiré du folklore mexicain, n'ont d'égaux que la beauté et l'originalité qui habitent les séquences. Il y a une idée par image et le film parvient constamment à maintenir le fragile équilibre entre légèreté et gravité. La machine Pixar est bien huilée, la musique efficace, les personnages principaux très bien caractérisés et les secondaires sont très drôles. Bien que parfois trop téléphonée et manichéenne, l'intrigue est transcendée par une narration inventive et touchante. Pas de sensiblerie, mais une capacité à toucher au plus juste et à provoquer chez les moins sensibles un attendrissement teinté de mélancolie.


coco

coco

Pixar et Walt Disney n'en restent pas moins deux mastodontes de l'industrie hollywoodienne et le choix d'ancrer son histoire au Mexique n'est pas un hasard. Les Hispaniques et Latino-américains représentent une part importante de la population américaine et le film cartonne au Mexique (16 millions d'entrées en quelques jours, un record). Pourtant, malgré l'évident souci de plaire également au plus grand nombre et d'engranger le maximum de bénéfice, ils parviennent à nous surprendre. Une même recette, mais sans cesse renouvelée. C'est souvent réussi, parfois inégal, et a de rares exceptions, on approche du chef-d'oeuvre.

À lire aussi:OÙ SONT VRAIMENT LES SUPERHÉROS ?

Le film de Lee Unkrich fait partie de la dernière catégorie. "Coco" est une aventure haute en couleur, profonde en sentiment, un film qui conjugue feu d'artifice visuel et mélodrame, tutoyant "Là-haut" et qu'il serait dommage de manquer.


coco

COCO

De Lee Unkrich, Adrian Molina

avec les voix de Gael García Bernal, Benjamin Bratt, Anthony Gonzalez et Alanna Ubach

Date de sortie 29 novembre 2017.

Rédaction Cinktank