"Crash test Aglaé" ressemble à une publicité d'1h30 et c'est bien dommage

Critiques
Audio picto à l'écoute
03.08.2017
Et, ne soyons pas mauvaise foi, le film est drôle, bien joué, rempli de personnages absurdes qui font plaisir à voir. Mais (parce qu'il y a toujours un "mais"), tout est foutu en l'air par la réalisation.

C'est dommage de voir comme une bonne idée et un bon casting peuvent être flingués par leur réalisateur. C'est complètement le cas ici dans "Crash test Aglaé", où ce qui s'annonçait être une comédie dramatique indépendante et forte devient 1h30 de pub. On s'explique.


crash-test-aglae

"Crash test Aglaé" c'est l'histoire d'Aglaé, une technicienne en accidents de voitures complètement bornée et mono-maniaque. Incarnée de manière très juste et sincère par la comédienne India Hair. Elle apprend un jour la délocalisation de l'usine en Indie et décide, contre l'attente de ses dirigeants, d'accepter le poste équivalent là-bas et de partir. Poste qu'on lui avait proposé essentiellement pour qu'elle le refuse. Mais elle le prends, aidée par ses deux collègues Liette (Julie Depardieu) et Marcelle (Yolande Moreau, toujours géniale).



Très honnêtement, en allant voir le film d'Éric Gravel, on s'attendait à une surprise aussi rafraîchissante et belle qu'a pu l'être "Willy 1er" par exemple. On voyait là un bon moyen de s'attarder sur des gens qu'on ne voit jamais au cinéma, des vies et des lieux de vie que l'on n'explore que dans les films bien dramatiques et lourds de sentiments.

À lire aussi : "LA PLANÈTE DES SINGES : SUPRÉMATIE" EST CERTAINEMENT LE SEUL VRAI BLOCKBUSTER DE L'ÉTÉ

Et, ne soyons pas mauvaise foi, le film est drôle, bien joué, rempli de personnages absurdes qui font plaisir à voir. Mais (parce qu'il y a toujours un "mais"), tout est foutu en l'air par la réalisation. Un problème venant essentiellement du fait qu'Éric Gravel, dont c'est le premier long-métrage, est avant tout un clippeur de vidéos commerciales très institutionnelles pour des grandes marques de luxes. Donc dans "Crash test Aglaé", on va retrouver tous les tics des pubs des dernières années, à savoir la musique folk indé, les beaux plans sur les monts du Kazakhstan, la lumière de fin de journée dans les plans en extérieur etc... Et quand on est en intérieur, cette fois, on se croit dans une pub pour banque ou assurance, ou un épisode d'une sitcom de M6.


crash-test-aglae

crash-test-aglae

Tout ça c'est bien dommage, car Éric Gravel, en très bon technicien qu'il est concernant la photographie, aurait dû laisser son idée à un autre. Quelqu'un qui n'est pas trop formaté pub et qui a son style visuel. Mais il faut saluer l'intention de la boite de production Novoprod (justement spécialisée dans les films commerciaux) de se lancer avec courage dans cette première co-production et dans un long-métrage. C'est vraiment dommage car les comédiens eux, sont vraiment présents, l'histoire aussi, car traiter d'un personnage principal qui ne se remet jamais en question est très intéressant.


crash-test-aglae

Peut-être que la présence de la voix-off, utile pour certains effets comiques, n'était pas forcément nécessaire pour nous sur-expliquer les états d'âme d'Aglaé qu'une meilleure réalisation nous aurait fait directement comprendre. On notera particulièrement la surprise crée par l'acteur indien Adil Hussain, qui en 2 scènes bouffe complètement l'écran.


crash-test-aglae

Crash test Aglaé
Un film d'Éric Gravel avec India Hair, Julie Depardieu, Yolande Moreau, Anne Charrier, Frédérique Bel, Adil Hussain, Tristan Ulloa, Éric Berger, Hanns Zischler et Irina Wanka

rédaction Cinktank