Après "Dunkirk", que va pouvoir faire Christopher Nolan ?

Critiques
Audio picto à l'écoute
20.07.2017
Certainement pas le meilleur film de Christopher Nolan si l'on se base sur ce qu'il a pu nous apporter dans ses précédents, et qui font que c'est pour ça qu'on aime ce réalisateur. Mais surement le plus déroutant.

Difficile de résumer "Dunkirk" à un film de guerre. Impossible même. Bien que l'Opération Dynamo soit, dans l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, un moment clé pour la victoire, ce n'est pas exactement ce que Christopher Nolan a choisi de nous montrer.



Disons-le d'entrée, il faut être un minimum à jour des faits historiques afin de capter correctement le contexte du film et les enjeux qui en découlent. En Juin 1940, alors que la Blitzkrieg allemande a poussé les anglais et une partie des troupes françaises à se retrancher vers le Nord de la France, les soldats se retrouvent encerclés à Dunkerque. Les allemands derrière, la mer en face. Et le gouvernement anglais qui a besoin de récupérer ses hommes (330 000) afin de mener à bien, chez eux, la Bataille d'Angleterre. Donc il faut aller les chercher. Sous les feux ennemis venant de l'air, de la mer (les sous-marins torpilleurs) et la terre (les troupes qui poussent vers la plage). C'est de ça dont il est question ici. Des hommes qui ne se connaissent pas, essayant de se sauver dans des conditions épouvantables.


dunkirk

dunkirk

"Dunkirk" n'est certainement pas le meilleur film de Christopher Nolan si l'on se base sur ce qu'il a pu nous apporter dans ses précédents, et qui font que c'est pour ça qu'on aime ce réalisateur. Mais c'est surement le plus déroutant. Une déroute venant autant du fait qu'il ne nous avait pas habitué à ça, et qu'en suite le film "de guerre" en a pris un sacré coup (dans le bon sens bien entendu).


dunkirk

dunkirk

"Dunkirk" se base sur un concept de trois temporalités liées aux lieux de l'action. Ainsi on va suivre les évènements au sol sur une semaine, tandis que ceux sur mer seront sur un jour et seulement une heure pour les combats aériens. Chose qui tient aussi du fait que, selon l'endroit où l'on se trouve, le temps ne semble pas passer à la même vitesse (Interstellar ?). Du coup, les destins vont se croiser comme les points de vue, avec toujours en fil rouge le jeune Tommy (Fionn Whitehead, dont c'est le premier rôle au cinéma) qui tente de repartir chez lui. Et si, comme dans tout bon film de Nolan, t'as besoin de te faire un dessin pour bien comprendre comment est racontée l'histoire, n'hésite pas, ça aide :



Trois temporalité donc, qui vont parfaitement se refermer à mesure que le film avance et ainsi te faire comprendre les relations et liens entre les différents "acteurs" de l'opération, à savoir les aviateurs, les marins de l'armée, les civils venus secourir les rescapés avec leurs bateaux de plaisance et les soldats. Tous incarnés par un casting vraiment irréprochable : Kenneth Branagh, Tom Hardy, Mark Rylance, Cillian Murphy, James D'Arcy, Jack Lowden et même Harry Styles. Que des mecs hein, les femmes ne faisant pas vraiment partie de l'histoire à raconter ici.


dunkirk

Et "Dunkirk" (ou "Dunkerque", tu dis comme tu veux) est loin de ce qu'on attend d'un film de Nolan car aux humains il oppose constamment la ferraille. Et donc aux émotions et l'interprétation, il va préférer l'action brute, sans jugement. Un décorticage minutieux de cet épisode guerrier. Alors on essaie d'y voir quelque chose de symbolique. Pourquoi diable nous propose t-il une histoire qui, même si elle est une vraie expérience de cinéma, ne nous donne aucun moyen de nous attacher aux humains ? Mis à part à la toute fin où l'on comprend bien le drame que cela a dû être de rentrer chez soi en s'attendant à ce que le peuple te traite de déserteur ou de lâche.

À lire : "DUNKERQUE" OÙ COMMENT CHRISTOPHER NOLAN OPPOSE LA "CHAIR" ET LE "FER"


dunkirk

Mais peut-être qu'en fait il n'y a pas d'émotions car le réalisateur ne savait pas comment traiter quelque chose que personne n'a ressenti dans sa vie à part ceux qui ont fait la guerre ? Alors il nous offre des faits, sans jugement, sans étalement de sentiments pompiers (même pas d'adieux) ou de larmes. Juste des hommes qui ne se connaissaient pas, qui ont certainement vécu l'épisode le plus marquant de leur vie, et qui ensuite vont redevenir des inconnus pour repartir vers la Bataille d'Angleterre. Il nous propose un récit où il même le travail sur la musique de Hans Zimmer est plus proche du sound design que de la composition, mélangeant bruits de métal et tic-tac de montres. Et servant parfaitement à illustrer cette menace allemande présente mais invisible, plongeant le spectateur dans le manque de recul qu'avaient les soldats au front.



ET MAINTENANT ?

C'est toujours pareil, à chaque fin d'un nouveau film de Christopher Nolan, nous vient cette question : Qu'est-ce qu'il va faire après ? Le réalisateur a le mérite, à chacun de ses longs-métrages, d'essayer de renouveler le genre qu'il attaque. Le film de science-fiction avec "Interstellar" et "Le Prestige", le film policier avec "Insomnia" et "The Dark Knight" (c'est finalement un film policier), le film de super-héros avec la trilogie Batman, le thriller de SF avec l'inclassable "Inception". Et puis le thriller tout court (mais déjà bien torturé) avec "Memento" et son excellent moyen-métrage "Following" tourné en noir et blanc en 1999.



Il semble qu'on a quand même fait le tour des genre cinématographiques. Bon il y a la comédie, l'animation (déjà un peu touchée avec son documentaire sur l'art des frères Quay) mais sinon on ne voit pas grand chose d'autre. On connait son envie de s'attaquer à James Bond, mais Nolan est un réalisateur qui dirige tout. Et comme Daniel Craig vient d'être annoncé de retour par la production, pas sûr que de voir un 007 nolanien bientôt. Alors on attendra. Seuls dans cet enfer hollywoodien de films à franchises et de scénario téléphoné. On pourra tout de même en attendant se rabattre sur la saison 2 de "WestWorld", série écrite par Jonathan Nolan (frère de). Son meilleur collaborateur et homme à l'origine des idées pour "Memento", "Inception" et "Interstellar".

Dunkirk
Un film de Christopher Nolan avec Fionn Whitehead, Kenneth Branagh, Tom Hardy, Mark Rylance, Cillian Murphy, James D'Arcy, Jack Lowden...

rédaction Cinktank