"Gaston Lagaffe" est sorti au cinéma pour surtout pouvoir ressortir en librairie et faire gagner plein d'argent à l'éditeur.

Critiques
Audio picto à l'écoute
07.04.2018
Voilà pourquoi ce film est un exemple de plus du cinéma que l'on déteste en France et qui s'étonne qu'on lui chie dessus.

Si t'as aimé : Les Profs et la série Scènes de Ménages

Ça pourrait être facile de juger "Gaston Lagaffe" et tout le travail de PEF (Pierre-François Martin-Laval). On pourrait dire : c'est de la grosse merde. On pourrait très bien en rester là et perso, je n'en voudrais pas à ceux qui ont cette réaction épidermique.


gaston lagaffe

gaston lagaffe

Le problème n'est pas de savoir si oui ou non ce film est bien. Déjà parce que c'est trop subjectif, ensuite parce que ce n'est finalement pas le propos. La vraie question, qu'on a déjà évoquée lors de la sortie des "Aventures de Spirou et Fantasio", c'est de savoir pendant encore combien de temps le cinéma français va continuer de frapper son sexe sur le front de la Bande Dessinée. Pendant encore COMBIEN DE TEMPS les producteurs et réalisateurs vont continuer à niquer des oeuvres en les adaptant au cinéma alors qu'elles n'étaient clairement pas faites pour supporter cette transition.
Et surtout, PENDANT ENCORE COMBIEN DE TEMPS on va continuer à ne pas respecter le public qui a grandi et connu ces BD, en préférant en faire des adaptations pour les 8-10 ans ? Ho les gars, les 8-10 ans ils s'en battent les couilles des BD des années 70, alors laissez-les tranquilles et pensez à nous.

LA BD FRANÇAISE EST-ELLE VRAIMENT UN BON FILON POUR LE CINÉMA ?


gaston lagaffe

Encore une fois, le débat n'est pas intéressant si l'on parle de la tenir du film. Heureusement finalement que c'est PEF qui s'en occupe. Quand on se souvient de son talent pour les gags visuels avec ses sketches de "Pouf le Cascadeur", on savait qu'il allait se mettre une pression de taré pour être à la hauteur de l'oeuvre de Franquin.
Mais c'est pas ça le plus important, non. Nous, on veut te parler des mauvaises idées. Sache qu'à la base, Gaston c'était un personnage qui trainait dans la marge des page du journal de Spirou et qui petit à petit a eu droit à ses histoires en solo. Un troll qui est devenu un personnage culte et même un symbole écolo ultra moderne à son époque.

Mais voilà, qui dit film, dit rentabilité. Donc objet familial pour les gosses, histoire de revendre de la BD derrière puisque c'est la maison d'édition qui a vendu les droits ciné (la fille du dessinateur a gueulé, puisqu'elle n'avait aucun pouvoir décisionnaire). Et donc qui dit pour les gosses, dit un héros auquel ils peuvent s'identifier, donc plus jeune. Mais pour avoir un héros principal, il faut lui écrire une petite backstory. Chose difficile quand on prend un perso qui est arrivé dans Spirou par hasard et dont les histoires n'étaient que des mini-sketches. Et qui crée un résultat bien attendu : Gaston Lagaffe, au charisme d'une moule, n'est qu'un prétexte pour que les autres personnages puissent exister.


gaston lagaffe

gaston lagaffe

Gaston a donc été rajeunit, l'histoire a été déplacée des bureaux d'un journal vers celui d'une start-up qui recycle des objets inutiles (pour montrer aux enfants des vraies valeurs). MAIS PUTAIN QU'ILS AILLENT BRÛLER CES ENFANTS. Moi j'aurais voulu voir un Gaston de 30 piges expert en gadgets. Un Max Boublil en stage à durée indéterminée pour taper un peu sur le monde du travail et le manque d'emploi chez les jeunes. Un Gaston bossant dans un journal qui fait la course à la news pour taper sur les dérives de l'information. Un film UTILE. Pas juste un truc où t'as quand même l'impression d'être un spectateur venu simplement donner son argent.

"LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO" : EST-CE QUE LES PRODUCTEURS ARRÊTERONT UN JOUR DE BIFLER LA BANDE DESSINÉE ?

Voilà pourquoi "Gaston Lagaffe" est un exemple de plus du cinéma que l'on déteste en France et qui s'étonne qu'on lui chie dessus. Même avec tous les efforts que fait PEF pour nous faire marrer (allez, merci quand même pour la vanne d'entrée sur les handicapés). Un film qui ne respecte pas le vrai public de l'oeuvre initiale. Ou qui ne le connait pas, tout simplement. Et c'est d'autant plus décevant que, Théo Fernandez mis à part, tout le reste du casting était PARFAIT dans chaque rôle (avec une mention spéciale pour ce cher Esteban en Bertrand Labévue).



Gaston Lagaffe
Un film de Pierre-François Martin-Laval avec Théo Fernandez, Pierre-François Martin-Laval, Arnaud Ducret, Jérôme Commandeur, Alison Wheeler, Esteban, Silvie Laguna, Christophe Canard, Charlotte Gabris, Jimmy Labeeu...

rédaction Cinktank