"Happy Birthdead" le high concept en cache misère

Critiques
Audio picto à l'écoute
19.11.2017
Rien dans le destin de Tree, archétype de la blonde agaçante, qui se réveille chaque jour à la date de son anniversaire et qui chaque jour est assassiné par un tueur au masque de bébé, ne se détourne des stéréotypes attendus.

Produit par Blumhouse Production, spécialisé dans les films à concept à petit budget, de qualités diverses, mais souvent très rentables ("Paranormal Activity" tourné pour moins de 15 000 $ a récolté 193 millions de recettes mondiales), "Happy Birthdead" ne déroge pas à la règle et se présente comme un mixe entre "Scream" de Wes Craven et "un jour sans fin" avec Bill Murray.


happy birthdead

À lire aussi: "JUSTICE LEAGUE" EST-IL UN GÂCHIS TOTAL?

La promesse donc, d'un film de genre explorant deux univers pour mieux les détourner, voir y apporter une dose de réflexion méta comme dans l'excellent "Get Out" de Jordan Peel, également produit par Blumhouse.



Malheureusement "Happy Birthdead" se cantonne, avec une surprenante fainéantise, à empiler les clichés dans une histoire toute droite sortie des slashers des années 80. Sans le charme et le second degré, qui 30 ans après leurs sorties en fait des plaisirs coupables.


happy birthdead

Rien dans le destin de Tree, archétype de la blonde agaçante, qui se réveille chaque jour à la date de son anniversaire et qui chaque jour est assassiné par un tueur au masque de bébé, ne se détourne des stéréotypes attendus. Pire encore, les différentes péripéties sentent le réchauffé, malgré quelques tentatives bien senties de brouiller les pistes et d'isoler son personnage dans une folie tout aussi dangereuse que le tueur.

À lire aussi: "DIANE A LES ÉPAULES", DE L'HUMOUR ET DES COUILLES

Malheureusement, l'incursion dans une psyché prisonnière d'une boucle temporelle est rapidement expédiée dans un second acte, qui multiplie les rebondissements que l'on voit venir à dix mille. Mieux vaut se pencher sur l'excellent "Triangle", de Christopher Smith sorti en 2009, qui sur le fond et sur la forme malmenait avec brio les boucles temporelles.


happy birthdead

Si le film s'était cantonné à être une série B sans prétention sinon celle de faire peur en faisant chercher à chacun des indices permettant de découvrir l'identité du tueur (que l'on devine assez vite), "Happy Birthdead" aurait été un objet filmique distrayant et inoffensif.

À lire aussi: "MARYLINE", LA BELLE HISTOIRE DE GUILLAUME GALLIENNE PAS TRÈS BIEN RACONTÉE

Malheureusement, le film de Christopher Landon ( scénariste de "Paranormal Activity" 2, 3 et 4) porte en lui deux défauts qui le rendent souvent antipathique : d'abord une volonté constante de marteler une hype plus forcée que réelle, puis un discours, dans son troisième acte, moralisateur qui frise la caricature et le sermon de bonne sœur. La véritable beauté est à l'intérieur et le geek que tu rejetais au début du film est en réalité un homme doux et sensible. Arrête d'être une jeune femme superficielle qui ne respecte plus son père et qui prend tout le monde de haut. Un chemin de croix bien catho pour une héroïne qui doit mourir puis ressusciter, pour mieux réapprendre à aimer son prochain. En 2017, ça prête autant à rire qu'à vomir.


happy birthdead

HAPPY BIRTHDEAD

De Christopher Landon

Avec Jessica Rothe, Israel Broussard, Ruby Modine

Date de sortie 15 novembre 2017

Rédaction Cinktank