"Humanity" de Ricky Gervais de l'humour noir apaisant contre les haters

Critiques
Audio picto à l'écoute
15.03.2018
Sans jamais s'exclure du processus (il est très présent sur les réseaux sociaux) Gervais n'hésite pas à tourner en dérision la bêtise grandissante de tous ceux qui cherchent à gagner en popularité au travers des clashs aussi creux dans le fond que violent dans la forme.

ricky gervais humanity

Ricky Gervais, c'est cette fausse bonhomie apparence et un rire communicatif au service d'un humour noir cinglant et intelligent. Depuis les années 2000, le créateur de "The Office" égrène sa Vision du Monde pessimiste et son athéisme sans jamais tomber dans la facilité et les modes. Bourreau de travail, celui qui vient d'un milieu modeste et qui connut la gloire à 40 ans, n'a jamais revendiqué aucune étiquette et hormis un engagement farouche pour la cause animale, il a toujours tracé son sillon dans un créneau qu'il s'est lui-même créé. Ses leitmotivs ? Travailler encore et toujours ses blagues. Elles doivent évidemment être drôles, mais jamais faciles. On lui reproche d'être virulent et offensant. Il répond qu'il ne faut pas confondre sujet et cible. Que jamais il ne cherche à blesser, ce serait trop facile. Mais que son objectif est de partager son regard sur le monde et l'humain et que sa valeur totem est celle de la liberté d'expression.



"Humanity", son cinquième stand-up après "Animals", "Politics", "Fame" et "Science", vient d'être diffusé sur Netflix. Sept ans après son dernier spectacle, il dézingue les réseaux sociaux, condamnant l'égocentrisme de Twitter qui pousse une grande partie de ses utilisateurs à rechercher la notoriété avant la réflexion. Sans jamais s'exclure du processus (il est très présent sur les réseaux sociaux) Gervais n'hésite pas à tourner en dérision la bêtise grandissante de tous ceux qui cherchent à gagner en popularité au travers des clashs aussi creux dans le fond que violent dans la forme. On ne spoliera pas les exemples, mais ils font autant rire que réfléchir sur notre capacité à annihiler toute forme de réflexion au profit du néant intellectuel. Oublié les discussions, l'échange d'arguments, un seul but persiste, celui d'être dans l'opposition systématique et faire réagir. Twitter véhicule la fausse idée que nous sommes tous le centre du monde et qu'une réflexion générale faite par quiconque, vaut pour une attaque personnelle. Terrain de jeu sans règles, exempt de contrôle fiable et défouloir d'abrutis sous couvert d'anonymat les réseaux sociaux vivent, à leurs échelles, une période adolescente source d'excès encore en quête de maturité.


ricky gervais humanity

Malgré tout, Gervais reconnaît aussi les bienfaits des réseaux sociaux et n'hésite pas non plus à se moquer de lui-même et de ses propres contradictions. Si bien, que petit à petit le propos se fait plus généraliste continuant d'approfondir cette notion si chère à l'ancien présentateur des golden globes, le droit de rire de tout avec tout le monde, y compris de lui. Il n'hésite pas à aborder des thèmes aussi personnels que son statut social privilégié, son choix de ne pas avoir d'enfant et son âge. L'humour, ne sert pas seulement à faire rire, mais aussi à soulager les gens de leur peine et à porter un regard original sur le monde dans lequel ils vivent. Une responsabilité que Ricky Gervais s'impose comme un véritable mantra et comme source de motivation dans son travail, avec l'argent aussi, il ne faut pas déconner. Bref, on retrouve tout ce qu'on aime chez lui dans "Humanity", provocation, humour noir, cynisme, vulgarité, mais jamais gratuit et dénué d'intelligence.

Rédaction Cinktank