"Jusqu'à la garde" et en plein dans la gueule

Critiques
Audio picto à l'écoute
10.02.2018
Malin, Xavier Legrand, de laisser au spectateur le soin de juger à ta place.

Si t'as aimé : Le Boucher, Inglorious Basterds, Darling et La Communauté de l'Anneau

Premier film pour Xavier Legrand, et avant de crier au génie, on peut sans crainte dire très fort qu'il maîtrise les codes du game à l'aise.


jusqua la garde

Pour la faire courte, "Jusqu'à la garde" (jeu de mot bien senti) parle des violences conjugales avec comme théâtre un divorce, et 3 histoires principales : Ce que vit la mère (Léa Ducker, au top), ce que vit le fils (Thomas Gioria, au top) et ce que vit le père (Denis Ménochet, au top mais monstrueux). Bon, il y a aussi la grande soeur, mais on s'en fout un peu là (mais on ne reproche absolument rien à Mathilde Auneveux).

Sur la base très simple et habituelle du "C'est ta parole contre la mienne", le spectateur va être embarqué avec les différents personnages en essayant par lui-même de comprendre si le père est vraiment violent de nature ou par la force des choses, et si la mère est vraiment aussi esseulée qu'elle le fait paraître. Malin, Xavier Legrand, de laisser au spectateur le soin de juger à ta place (on ne parle évidemment pas de la fin, hein).

DENIS LE MAGNIFIQUE


jusqua la garde

On ne peut pas parler de ce film sans parler de Denis Ménochet aka "Monsieur Labadite". Notre James Gandolfini à nous. L'acteur dont la France ne revendique pas assez l'appartenance. Du coup, il commence depuis un certain temps à nous filer entre les doigts (et c'est tant mieux pour lui) en jouant chez Tarantino, Stephen Frears ou encore Justin Kurzel. Et il nous tarde de le retrouver face à Vincent Cassel dans "L'Empereur de Paris" de Jean-François Richet.

L'ensemble du film repose sur la menace pas claire que représente son personnage, en apparence gros nounours mais qui peut vriller en 1 seconde et ça se voit complètement à l'écran (les paupières qui s'abaissent et le regard brouillé). Il devient le parfait écho à la position défensive froide de Léa Drucker, et le film va passer son temps à nous montrer cet échange émotionnel.


jusqua la garde

LA MISE EN SCÈNE


jusqua la garde

Ou plutôt : LA GROSSE MISE EN SCÈNE de Xavier Legrand. Dont on rappelle que c'est le PREMIER film, et dont on rappelle aussi que le premier court métrage "Avant que de tout perdre" avant remporté un César en 2014 et avait également été sélectionné aux Oscars.

Avec "Jusqu'à la garde", il arrive à transformer un drame familial en thriller psychologique. Rendant le personnage du père surtout menaçant lorsqu'il n'est pas là et qu'on devine sa présence à la manière dont les autres réagissent. Utilisant des éléments domestiques inoffensifs pour nous terroriser avec (téléphones, interphones...). Mais on ne t'en dit pas plus, parce que ce serait te spoiler. Juste, attends-toi à prendre le Space Mountain émotionnel dans la dernière partie. Et rappelle-toi dans "Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau" lorsque Pippin fait tomber la chaîne dans le puit des mines de la Moria et alerte tous les orcs.
Tu vois ce genre de suspense ? Bah voilà, on te laisse aller regarder.



Jusqu'à la garde
Un film de Xavier Legrand avec Denis Ménochet, Léa Drucker, Thomas Gioria, Mathilde Auneveux, Mathieu Saikaly, Florence Janas, Martine Vandeville et Jean-Marie Winling

rédaction Cinktank