Avec "Le Brio", apprends à manipuler ton entourage par la parole

Critiques
Audio picto à l'écoute
25.11.2017
Mais les gens bêtes ne vont à coup sûr pas l'aimer, vu qu'il leur fait la surprise d'oser ne pas les prendre pour ce qu'ils sont.

Si t'as aimé : Will Hunting, Le cercle des poètes disparus et Bad Words

Combats internes bien courants au seins des grandes écoles, les championnats d'éloquence deviennent de plus en plus médiatisés, notamment grâce au concours Eloquentia. Yvan Attal en a fait le sujet principal de "Le Brio". Et on est pas loin du carton de masse.


le brio

Un film d'Yvan Attal, mis à part la sortie de route totale avec "Ils sont partout", c'est toujours un plaisir à regarder. Il y a le choix d'une mise en scène toujours dynamique, d'une photographie jamais pompeuse et plutôt ocre, et puis l'importance de la musique. Il y a aussi son talent pour filmer la comédie, dans la même veine que le duo Nakache et Toledano, avec une humanité sincère. C'est tout ce qui fait "Le Brio".


le brio

le brio

À lire aussi : "THELMA" AURAIT PU ÊTRE L'ORIGIN STORY D'UNE SUPER-HÉROÏNE

Suivant la trame classique de la nouvelle arrivante qui n'y connait rien au milieu et va en prendre les coutours pour mieux l'exploser (genre "Le Diable s'habille en Prada" tu vois), on est plongé dans l'univers des grandes écoles et ses codes. Neïla (Camélia Jordana) rêve de devenir avocat et, suite à un violent accrochage avec un prof réac et provocateur (Daniel Auteuil), elle se retrouve à s'entrainer avec lui pour représenter l'école au concours d'éloquence annuel. Classique. Du style "Sister Act 2".
Hormis la relation qui naît entre les deux personnages, et qui donne l'occasion à Daniel Auteuil de montrer que c'est un acteur à part dans le cinéma français, le film est surtout un déroulé assez didactique des techniques de rhétorique que l'on enseigne aux futurs orateurs de la justice. On regrette de ne pas avoir plus de séquences comme celle du métro où l'héroïne va dans la rue éprouver les techniques oratoires. Plus de moments qui nous feraient sortir du cadre de l'Université et pas seulement voir la banlieue. Mais bon, dans la vie on ne peut pas tout avoir. Donc de toutes façons, même si le film avait été pourri, il n'en aurait pas moins été intéressant par son sujet et la formation accélérée de rhétorique qu'il nous donne pour le prix d'une place de cinéma.



Et heureusement, "Le Brio" est de ce genre d'histoire qui donne envie d'apprendre. Qui te montre aussi que si tu faisais un peu plus attention à la manière dont tu parles, tu pourrais plus facilement manipuler les gens. Se faire entendre, voilà bien le but ultime de nos jours. Donc voilà, Yvan Attal nous a livré un film qui fait plaisir à voir et ne donne jamais l'impression de parler de ce qu'il ne connait pas.
Le genre de film qu'on aimerait voir faire des millions d'entrées et créer des vocations. Qui va sûrement valoir à Camélia Jordana et Daniel Auteuil une nomination aux César et un très beau succès d'estime. Mais les gens bêtes ne vont à coup sûr pas l'aimer, vu que "Le Brio" leur fait la surprise d'oser ne pas les prendre pour ce qu'ils sont.

À lire aussi : "LA LUNE DE JUPITER" OU LA RÉFLEXION SOCIALE PAR LA SF


le brio

le brio

le brio

Le Brio
Un film d'Yvan Attal avec Daniel Auteuil, Camélia Jordana, Yasin Houicha, Nozha Khouadra, Nicolas Vaude, Jean-Baptiste Lafarge...

rédaction Cinktank