Attention, "Mektoub, my love : canto uno" va vraiment te donner envie de baiser

Critiques
Audio picto à l'écoute
24.03.2018
Cette critique est faite pour ceux qui sont allés voir "La vie d'Adèle" juste parce qu'on leur a dit que dedans il y avait du cul entre deux femmes.

Si t'as aimé : La vie d'Adèle et la série Skins

Comme on sait que parler d'un film d'Abdellatif Kechiche, c'est pas comme faire la critique d'un Marvel, on va essayer d'être accessibles. Déjà parce qu'on va pas aller chercher 10 ans des explications lacaniennes sur pourquoi les personnages agissent comme ça. Et qu'est-ce que ça veut dire cette réaction. Et pourquoi Ophélie elle fait ça. Et pourquoi il a filmé ce geste à ce moment précis... Non.


mektoub my love

Non, cette critique de "Mektoub, my love : canto uno", elle est faite pour ceux qui sont allés voir "La vie d'Adèle" juste parce qu'on leur a dit que dedans il y avait du cul entre deux femmes. Ceux qui, comme nous, vont voir un film d'Abdellatif Kechiche parce qu'ils savent que c'est avant tout une expérience. Déjà de temps (3 heures PUTAIN). Ensuite visuelle. C'est la plongée dans les relations humaines, les gestes, les yeux, les mouvements et surtout les dialogues.

Si on était des connards de critiques, on ferait remarquer que le réalisateur oppose constamment ce que les personnages se disent et la manière dont ils se regardent. Mais on n'est pas des connards, on est plutôt bienveillants nous. Un peu comme la caméra d'Abdellatif sur ses personnages. Et qu'est-ce que ça fait du bien de voir un film sur un groupe de jeunes dont l'intrigue ne tourne pas autour d'un viol, d'une baston, d'un accident ou de la drogue. Juste une bande et les liens tendus entre chacun. D'ailleurs le réalisateur ne se cache pas de dire que ce film et sa suite seront pour lui sa Comédie Humaine.


mektoub my love

mektoub my love

mektoub my love

mektoub my love

mektoub my love

"Mektoub, my love : canto uno" est un récit sur le désir. Qui va grave te donner envie de baiser par conséquent. Le désir physique, par la manière dont les actrices sont magnifiquement mises en valeur sans jamais aucune vulgarité. À ce titre, les scènes de fêtes sont d'une intensité rarement vue ces dernières années (ah si, il y a la scène de rave sous-terraine dans "Matrix Reloaded"). Et puis, le désir amoureux, avec ces individus qui cherchent l'attention de l'autre. Le personnage principal d'Amin, librement inspiré de celui de François Bégaudeau dans son livre "La Blessure, la vraie" (Éditions Verticales) ne désire que par le regard. Il ne fait qu'observer les autres et recueillir leurs aveux de chacun. C'est lui notre véhicule pour parcourir et tenter de comprendre le tissu de l'histoire. Voilà, ce sera la phrase la plus intelligente de ce texte.


mektoub my love

mektoub my love

Bien plus qu'un film, c'est une plongée dans l'humain, avec des acteurs amateurs qui semblent être carrément devenus leurs personnages à force de répéter et d'improviser entre eux. Et c'est comme ça qu'ils ont été repérés par le réalisateur. Alors autant te dire qu'avec ce qu'on nous a montré, on est impatient de découvrir la suite, qui a déjà été tournée.



Mektoub, my love : canto uno
Un film d'Abdellatif Kechiche avec Shaïn Boumedine, Ophélie Bau, Salim Kechiouche, Lou Luttiau, Alexia Chardard, Hafsia Herzi, Kamel Saadi...

rédaction Cinktank