"Monsieur je-sais-tout", sauf écrire un film

Critiques
Audio picto à l'écoute
12.05.2018
En voyant le film, on se rend compte que l'on connaît mal l'autisme. On le connaît si mal, nous le peuple, qu'on ne sait pas si la performance de Max Baissette de Malglaive est une énorme caricature ou bien un coup de génie.

Si t'as aimé : Le Juge et Rainman

Et puis, si l'on part du principe que pour préparer son rôle, il a forcément été à la rencontre d'autistes atteints du syndrome d'Asperger, alors on est obligé d'y voir une interprétation qui pourrait lui valoir beaucoup de récompenses.


monsieur je sais tout

Le film de Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie, adapté du roman "La surface de réparation" d'Alain Gillot (Flammarion, 2015) est presque aussi décevant que fort. Fort par son histoire et ses acteurs, décevant par son écriture et sa mise en scène.
C'est l'histoire d'un ancien joueur de foot prometteur devenu entraineur après une grave blessure fusillant sa jeune carrière. Et, alors qu'il est prêt à se barrer de sa vie cloisonnée à La Rochelle, on lui met dans les pattes son neveu. Que tout le monde pense hyperactif alors qu'il manifeste des signes d'autisme. Et pas n'importe lequel, le syndrome d'asperger. En gros, les super-héros, capables de voir des choses que nous les gens basiques ne peuvent pas voir. Capables d'apprendre des langues entières en très peu de temps, de faire des calculs impossibles et d'intellectualiser leurs émotions (chose qui créera les moments les plus drôles du film).


monsieur je sais tout

monsieur je sais tout

monsieur je sais tout

Donc évidemment, les deux ensemble, ça va construire une relation plus que fusionnelle. Les deux, très asociaux et cassés, s'aidant à sortir de son enfermement mutuel. Un duo puissant, à tel point que les moments où ils seront séparés feront perdre de l'intérêt au film puisque, comme on te le marque un peu plus haut, il est très mal écrit. C'est tellement dommage, d'avoir une histoire aussi forte et, par le langage visuel, venir la plomber avec des plans aériens très longs (la séquence d'intro qui filme Arnaud Ducret en train de faire son jogging pendant 5 minutes). Ou l'utilisation d'une musique affreuse (alors qu'elle aurait pu être parfois diégétique et créer des moments de complicité).


monsieur je sais tout

monsieur je sais tout

Mais "Monsieur je-sais-tout" souffre également d'un autre déséquilibre, et ce n'est pas de sa faute : c'est Arnaud Ducret. Comprends-moi bien, cher lecteur, dans le film Arnaud Ducret est intense, tendu, c'est un adolescent qui a dû grandir trop vite et sans affection. Le seul problème c'est que, comme c'est finalement le premier rôle dramatique de l'acteur (habitué aux commédies), eh bien on sent qu'il fait tout pour nous faire oublier ses tics humoristiques. Et si on ajoute à cela son rôle qui, à l'écran, a été très mal écrit, bah on ne voit que la chose suivante : il passe pour un très gros con. Et rien ne le sauvera de ça. On est déçus qu'une histoire aussi forte se soit retrouvée gâchée par ses réalisateurs (alors même que l'auteur est intervenu sur le script).



Monsieur je-sais-tout
Un film de Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie avec Arnaud Ducret, Max Baissette de Malglaive, Alice David, Féodor Atkine, Jean-François Cayrey, Marina Tomé, Caroline Silhol, Christophe Bourseiller...

rédaction Cinktank