"Mother!" la création par la destruction

Critiques
Audio picto à l'écoute
14.09.2017
l'arrivée d'un couple un peu trop encombrant (Ed Harris et Michelle Pfeiffer, flippants) va faire basculer la situation, en apparence paisible, dans une succession d'évènements de plus en plus troublants, violents et fantastiques, mais aussi (plus surprenant) drôle.

mother

Œuvre aux multiples interprétations, qui à coup sûr, déroutera plus d'un spectateur, "Mother!" de Darren Aronofsky, se veut autant une allégorie de la création artistique, que sur la création (du monde) avec un grand C. Trop conscient de son ambition, le réalisateur se perd parfois dans une grandiloquence un peu prétentieuse, malgré une maîtrise technique exceptionnelle et une utilisation maline du 16 mm.


mother

L'utilisation de cette pellicule, accompagnée de la lumière de Matthew J. Libatique directeur de la photographie de tous les films d'Aronofsky, offrent une atmosphère aux frontières du fantastique dans un cadre tout ce qu'il y a de plus réel.

A lire aussi: JEANNE BALIBAR FASCINE DANS "BARBARA", LE BIOPIC DE MATHIEU AMALRIC VERSION INCEPTION

Un décor unique, une maison en travaux, qui glisse doucement vers une métaphore de l'esprit du créateur, mais aussi de notre planète (oui, oui, tout rentre). Lui est un écrivain en panne d'inspiration (Javier Bardem, aux faux airs de Jack Nicholson dans "Shining"), elle (Jennifer Lawrence) une femme au admirative de son mari, mais qui s'occupe de toutes les contraintes liées à la rénovation de la maison et des tâches du quotidien.


mother

Elle semble se satisfaire de cette situation (ce qui a peut-être expliqué que le film a été taxé de misogyne alors qu'il n'en est rien). Mais très vite l'arrivée d'un couple un peu trop encombrant (Ed Harris et Michelle Pfeiffer, flippants) va faire basculer la situation, en apparence paisible, dans une succession d'évènements de plus en plus troublants, violents et fantastiques mais aussi (plus surprenant) drôle.

A lire aussi: "ÔTEZ-MOI D'UN DOUTE" C'EST LE FILM FRANCE 3 PREMIUM, ET ÇA FAIT DU BIEN PARFOIS



N'allez pas chercher une histoire au sens "classique", il n'y en a pas, comme il n'y a, semble-t-il, pas une volonté de créer de l'empathie ou un background aux personnages. Ils sont des figures métaphoriques chargées de sens, ayant pour but d'accompagner ce qui nous est montré. Le processus de "création" tel que l'imagine le réalisateur de "Requiem for a Dream". À savoir dans la douleur pour la femme (l'inspiration) celle qui donne la vie, ensuite accaparée par l'homme (le créateur) qui transmet la vie et qui la propage. Une vision biblique, mais aussi ambivalente de la mise au monde ou la création côtoie la destruction.


mother

"Mother!" est une œuvre qui laisse au spectateur une libre interprétion, volonté assumée de Darren Aronofsky et objectif atteint. Le film traîne tout au long de son récit un sentiment d'invasion, d'envahissement d'un espace limité par l'intérieur de la maison. Le personnage, interprété avec beaucoup d'intensité par Jennifer Lawrence, subit la pression extérieur avec une passivité qui se transforme petit à petit non pas en rébellion, mais en un acte de sacrifice ultime, pour tout détruire et pour tout recommencer.


mother

MOTHER!

De Darren Aronofsky

Avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris et Michelle Pfeiffer

Date de sortie 13 septembre 2017

Rédaction Cinktank