"Out", ou quand être sélectionné à Cannes ne veut pas forcément dire que c'est bien

Critiques
Audio picto à l'écoute
04.08.2017
Sur le millier de films qu'ils reçoivent, les sélectionneurs font aussi en fonction de certaines catégories ou même cahier des charges. Et peut-être, ceci étant dit avec une très satisfaisante mauvaise foi, peut-être qu'il manquait de quoi représenter la Slovaquie cette année alors ils ont décidé de prendre celui-ci.

Généralement, un film indé tourné en Slovaque parlant de crise économique et sélectionné à Cannes (catégorie Un Certain Regard), c'est le genre de chose qui part directement avec un coup d'avance. Et quoi qu'on en pense il y aura toujours un connard pour te dire que c'était bien, et que t'as pas capté parce que t'es trop con.


out-film

Mais il faut savoir dire stop à cette omertà cinématographique et le dire franchement : C'est pas parce que ça vient de Cannes que c'est forcément bien. Sur le millier de films qu'ils reçoivent, les sélectionneurs font aussi en fonction de certaines catégories ou même cahier des charges. Et peut-être, ceci étant dit avec une très satisfaisante mauvaise foi, peut-être qu'il manquait de quoi représenter la Slovaquie cette année alors ils ont décidé de prendre "Out" de György Kristóf.

"LA PLANÈTE DES SINGES : SUPRÉMATIE" EST CERTAINEMENT LE SEUL VRAI BLOCKBUSTER DE L'ÉTÉ

Le film raconte l'histoire d'Ágoston (Sandor Terhes, par ailleurs très bon) un ouvrier subissant la restructuration de son entreprise (il se fait salement virer) et décidant de quitter sa famille pour aller trouver un emploi en Lettonie. Et tout son périple traversé par sa passion pour la pêche.



Voilà, ne te fie pas à cette bande annonce qui donne l'impression d'un road-movie "pétage de plomb" truffé de personnages sortis de chez Kusturica. C'est pas vraiment le cas dans le film. Il n'y même aucune bande originale à part de la musique servant surtout de décor mental aux personnages. Elle est dans le récit mais ne l'illustre pas.


out-film

out-film

À lire aussi : "CRASH TEST AGLAÉ" RESSEMBLE À UNE PUBLICITÉ D'1H30 ET C'EST BIEN DOMMAGE

Pourtant, le début y fait croire. Un magnifique plan sur un filet de pêche, la superbe scène d'introduction toute en mouvement qui nous fait comprendre que la direction de l'usine n'a pas de visage et que le personnage doit prendre ça comme un simple coup du destin. La manière, très subtile, dont on nous présente la fille du personnage et où l'on devine qu'elle a le même caractère que son père. Il y a aussi cette curiosité d'aller voir les modes de vies de cette Europe presque morte que l'on ne voit que dans les médias ou dans la page pute de Brain. Mais hélas on reste accroché au récit par le point du vue du personnage, et comme il est très très très chiant, toujours dans la lune (mais le réalisateur ne nous projette même pas ce qu'il pense) alors l'histoire en devient vide.
On aurait aimé ressentir le déchirement du cinquantenaire décidé à aller voir ailleurs si ce n'est pas mieux. Son arrachement familial, perdu en Lettonie où il ne comprend pas bien la langue, sans trop d'argent (et pourtant à aucun moment ce facteur n'entre en jeu).


out-film

out-film

On se fait chier quoi... Et qu'on ne vienne pas nous dire que c'est un style de narration auquel on n'est plus habitué, ce serait trop facile. Ici c'est juste un film chiant pour les gens qui aiment les films chiants ou bien regarder les films en décrochant rapidement dans leurs propres pensées. Mais ici chez Cinktank, on est partisans de l'évasion, de l'expérience. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup.

À lire aussi : "#PIRESOIRÉE", LE FILM BIEN POURRI DE TON ÉTÉ !

Out
Un film de György Kristóf avec Sandor Terhes, Éva Bandor, Judit Bárdos...

rédaction Cinktank