"Pacific Rim : Uprising" aurait pu s'appeler : Toujours Plus

Critiques
Audio picto à l'écoute
24.03.2018
Et puis pour répondre à la question que tu ne te poses pas : Oui, il y aura un 3. Forcément.

Si t'as aimé : Pacific Rim, Evolution et les Transformers

Qui dit suite de film qui a fait un carton surprise, dit gros moyens engagés. C'est à dire qu'on garde tout ce qui a pu marcher et dont on ne se doutait pas, qu'on le pousse x1000, et qu'on y injecte tout ce qu'on peut dans les jointures tout en veillant à garder une forme qui se laisse regarder. Et "Pacific Rim : Uprising", c'est exactement ça.


pacific rim uprising

Lorsque Guillermo del Toro a sorti le premier, déjà, il fallait être dans le délire des Kaijus et des gros robots à la Evangelion. Des références très asiatiques. Mais comme c'était Guillermo, on se doutait (et ce fut le cas) qu'on n'allait pas seulement avoir droit à un film de science-fiction catastrophe bien bourrin. On était plutôt dans la chambre d'un enfant fou qui avait deux jouets, un Transformer et Godzilla, et qu'il s'inventait des histoires avec. Voilà, ça, c'était pour le premier.


pacific rim uprising

pacific rim uprising

Maintenant, le deuxième film

Alors comme toute bonne suite de film qui n'avait pas forcément prévu d'en avoir une, les scénaristes ont dû se dire :

"_ Bon là les mecs, il faut qu'on fasse plus gros.
_ Ouais mais comment ? Avec des monstres plus gros ?
_ Déjà.
_ On pourrait mettre aussi un peu plus d'humour ? Et des musiques jeunes parce qu'il va y avoir des personnages plus jeunes.
_ Jeunes comment ?
_ Non mais jeunes normal quoi. Qui peuvent quand même se battre dans un robot.
_ Mais dans le 1 on n'avait pas dit qu'il fallait être expérimenté et avoir une bonne connexion neuronale et c'est rare ?
_ Oh ça va. Moi je disais ça pour aider hein..."

Bref, même si tout ceci est rempli de mauvaise foi, on en est pas vraiment loin. "Pacific Rim : Uprising" est absolument séduisant dans sa forme. On note une séquence d'intro avec un montage digne d'un Guy Ritchie enrhumé. Chose qui allège directement le film et nous fait immédiatement rentrer dedans. On aurait même voulu voir poussée la très bonne idée de nous montrer les gens qui survivent dans les décombres des dégâts fait par les premiers kaijus. Enfin, je dis "on", mais c'est juste moi finalement. Je sais pas ce que tu vas en penser toi lecteur.

-><-
pacific rim uprising

Parce qu'après, le reste, c'est surtout fait pour plaire aux fans du premier et ramener un nouveau public. Le public des ados qui s'acceptent pas mais qui sont braves au fond, avec le personnage joué par Cailee Spaeny qui s'accepte pas mais qui est brave au fond. Et puis nous montrer des valeurs d'entraide et d'ouverture sur le monde, avec une bande de jeunes recrues de différentes nationalités qui doivent s'entraider et être ouvertes sur le monde. Sinon les kaijus vont les niquer. Bref, ça sert à rien de s'en plaindre, on savait très bien à quoi s'attendre.

Mais alors du coup quoi ?

Loin de nous l'envie d'être méchants envers ce "Pacific Rim : Uprising", car c'est un très bon divertissement (avec quand même une intrigue un peu pétée hein). Du moment que tu sais pourquoi t'es dans la salle, pas besoin de chercher plus. On se croirait chez du Michael Bay un peu moins drôle mais étonnamment, d'une meilleure lisibilité dans les combats de robots.


pacific rim uprising

pacific rim uprising

Rien que pour ça, bravo au réalisateur Steven S. DeKnight, dont c'est le premier film. Mais comme il n'a travaillé que pour des séries avant, il a su injecter dans la lourdeur d'un tel long-métrage la dynamique narrative d'un épisode (avec des cliffhangers tout le temps). Alors ça peut énerver, mais il faut bien ça pour maintenir l'attention de ces enfoirés d'ados de merde. Pardon.
Et puis pour répondre à la question que tu ne te poses pas : Oui, il y aura un 3. Forcément.



Pacific Rim : Uprising
Un film de Steven S. DeKnight avec John Boyega, Scott Eastwood, Cailee Spaeny, Rinko Kikuchi, Charlie Day, Burn Gorman, Jing Tian, Adria Arjona, Zhang Jin, Karan Brar...

rédaction Cinktank