À cause de "Taxi 5" on se retrouve à défendre des films pourris qui le sont moins que lui

Critiques
Audio picto à l'écoute
14.04.2018
En fait, c'est pas qu'on est déçu du film. C'est qu'on est déçu de ne pas l'aimer.

Si t'as aimé : Pattaya

La première question qui vient à l'esprit quand tu sors de "Taxi 5" c'est : est-ce que si je le trouve débile, alors que j'ai aimé le premier, ça veut dire que le premier était débile aussi mais comme j'étais plus jeune ça allait ? Une grande question, à laquelle il existe un premier élément de réponse sur lequel on reviendra plus tard.


taxi 5

Franck Franck Franck

Avant de démonter ce film, parce que tu t'en doutes bien, il est nécessairement démontable, on doit rappeler un truc. Depuis "Les Kaïras" on croit à fond en Franck Gastambide. Déjà parce que c'est un autodidacte et qu'on respecte énormément ça. Ensuite parce que c'est un bon acteur (va voir "La surface de réparation").
Et ce sont ces points forts qui nous ont évidemment donné envie d'aller voir "Pattaya" à sa sortie. Parce que c'est un des seuls réal-scénariste qui nous montre la banlieue avec un regard jamais condescendant. Mais pourtant déjà, "Pattaya" souffrait d'éléments qui nous avaient pas mal déçus. Comme les vannes scato ou les longueurs dues à un montage louche à partir du combat avec Ramzy. Et surtout : un problème pour savoir filmer les blagues.


taxi 5

Faut comprendre le truc. Franck Gastambide s'est fait connaître grâce à son très bon "Kaïra Shopping" au format parfait de 2 minutes en plan fixe. Le cadre idéal pour l'impro. Mais quand on passe au format long-métrage, un vanne drôle sur le papier devient tout un art à mettre en scène face aux caméras.

Autre chose : "Pattaya" allait souffrir du syndrôme du "deuxième film". Le premier c'est la digestion de TOUT ce que t'as envie de dire, donc t'as du choix. Le deuxième généralement, c'est là où il faut se creuser la gueule pour rebondir. Et il l'avait plutôt bien fait puisqu'il avait rencontré un énorme succès et consolidé son propre public (on reviendra aussi sur cette notion de propre public).

Et donc là, c'est "Taxi". Ok il te faut des idées neuves mais bon t'as une base relativement BIEN BIEN solide. Et qu'est-ce qu'il a fait Franck Gastambide ?

Il a biflé Taxi


taxi 5

On est des bâtards parce qu'on pourrait dire que déjà "Taxi 4" avait biflé la saga, mais ça c'est un autre débat. Franck Gastambide a peut-être pas fait exprès, et même qu'il voulait bien faire. Il avait sa bite comme ça là, et puis Taxi avait sa joue comme ça là...Et PAF. Mais vraiment sans faire exprès, c'est possible hein. Par contre on se demande où était Luc Besson à ce moment précis.

Au moment où, par exemple, Franck a dit "Et là Gibert il présente un nouveau concept de voiture ramasse-crotte, mais en fait il se trompe de bouton et ça vide tout sur la Ministre qui était venue à Marseille et qui se tenait pile derrière l'engin"... Voilà, on voudrait savoir où t'étais Luc.
Ou bien encore quand Franck a dit "Et là en fait y'a une grosse policière et on va tout le temps la montrer en train de manger". Et, cher lecteur, on passera sur l'histoire du nain qui tombe amoureux de la seule naine du film.


taxi 5

taxi 5

Mais ça, à la limite, c'est pas important. Parce que c'est l'univers de Franck Gastambide et si on n'aime pas, il ne fallait pas venir. Le problème pour nous, c'est que là on est chez "Taxi". Dans la grande tradition de la comédie d'action (dont il n'est pas l'instigateur bien entendu). Et nous quand on est arrivés dans la salle, on pensait à "Very Bad Cops", "Hot Fuzz", "Baby Driver", "Grimsby"... Des comédies intestables niveau réalisation. Et on a eu finalement une parodie de "Taxi".
Bien loin des plans furieux de Gérard Pirès, du talent de comédien de Samy Naceri (il faut le dire) et de l'alchimie mec sérieux/gros débile qu'il y avait AU MOINS entre lui et Frédéric Diefenthal. Même si Malik Bentalha est présent pour amuser la galerie en faisant le pleureur rigolot et amener au moins un peu de tendresse. On te parle même pas de Bernard Farcy, grand enfant dans la lune et inoffensif à qui ici on fait dire des trucs du genre "J'en avais marre de marier des tarlouzes".


taxi 5

taxi 5

taxi 5

Bref. On dirait un film à budget serré. Où tout l'argent a servi pour la multitudes de seconds rôles qui font évidemment sourire (René Maleville et Bengous en tête) ou la location de voitures de sport (ouais parce que les méchants ça serait en fait des pilotes de course italiens). Où l'on n'est jamais avec eux dans la voiture (les dialogues sont toujours filmés de l'extérieur) et où l'on a finalement la sale impression de voir s'enchainer plusieurs vidéos youtube et pas un récit (les 1h40 paraissent vraiment très longues).

En fait, c'est pas qu'on est déçus du film. C'est qu'on est déçu de ne pas l'aimer. Et d'avoir ce sentiment qu'on est peut-être cons à vouloir en attendre trop d'un "Taxi". Et avec ces conneries, on est obligé d'admettre que d'autres comédies bien pourries sont en comparaison meilleures que ça.



Taxi 5
Un film de et avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Bernard Farcy, Édouard Montoute, Salvatore Esposito, Anouar Toubali, Sabrina Ouazani, Ramzy Bédia, Romain Lancry, Moussa Maaskri, Éric Fraticelli, Sissi Duparc, Monsieur Poulpe, Soprano, Bengous, François Levantal, René Malleville, Fatsah Bouyahmed, David Salles, Charlotte Gabris, Sand Van Roy...

rédaction Cinktank