"The Marvelous Mrs. Maisel" la série qui fait du bien là où ça fait mal

Critiques
Audio picto à l'écoute
21.02.2018
Rythmée et dynamique dans sa réalisation avec une reconstitution de l'époque saisissante, la série est aussi une merveille de dialogues et d'envolées comiques portées par un casting génial.

The Marvelous Mrs. Maisel

"The Marvelous Mrs. Maisel" décrit les aventures de Miriam "Midge" Maisel jeune femme à la vie parfaite, sans emploi, mariée et deux enfants (nous sommes à New-York en 1958) qui après avoir été quitté, va se trouver un talent et un exutoire dans le stand-up.



Crée par Amy Sherman-Palladino ("Roseanne", "Gilmore Girls") et produit avec son mari Daniel Palladino ("Family Guy"), The Marvelous Mrs. Maisel est un bonbon acidulé qui se déguste sans modération. Malgré son contexte historique, la série est d'une modernité étonnante dans les thèmes qu'elle aborde. Rythmée et dynamique dans sa réalisation avec une reconstitution de l'époque saisissante, la série est aussi une merveille de dialogues et d'envolées comiques portées par un casting génial. Du premier rôle, incarné par Rachel Brosnahan ("House of Cards") qui compose une M faussement ingénue qui se métamorphose lorsqu'elle débarque sur scène, aux seconds couteaux, ils sont tous géniaux. Alex Borstein que les plus assidus reconnaîtront comme la voix de Lois Griffin dans "Family Guy" est le parfait opposé de l'héroïne dans son stoïcisme et son cynisme. Les parents de Midge sont juste ce qu'il faut dans la caricature des parents juif et hilarants dans leurs excès grâce à la performance de Tony Shalhoub ("Monk") et Marin Hinkle ("Mon oncle Charlie"). On pense aussi à Michael Zegen qui joue le rôle de Joel Maisel, le mari et qui réussit à rendre sympathique un personnage au départ désagréable à la trajectoire finalement touchante.

The Marvelous Mrs. Maisel

La série pourrait se contenter d'être drôle et de convoquer le souvenir de certains grands noms du rire US (Lenny Bruce, Joan Rivers). Mais non, là où elle devient le plus intéressant, c'est dans son approche de la libération des mœurs et de la femme. Midge pensait être heureuse dans un idéal qui lui a été imposé et pourtant suite à la perte du mari, donc du centre de son univers, Midge découvre qu'une autre vie est possible. La scène de stand-up n'est plus seulement un lieu dédié à faire rire les autres. Non, il devient un espace de liberté et d'émancipation de la jeune femme. Elle a 26 ans et bien qu'on lui fasse croire que le divorce marque la fin de sa vie dans une société patriarcale et machiste, une nouvelle vie s'offre à elle. Une vie dont elle peut décider qu'elle tournure elle va prendre.


The Marvelous Mrs. Maisel

Faussement naïve et surtout éprise d'un farouche esprit de rébellion qu'elle ne maîtrise pas encore. La jeune femme va échouer, réussir, de nouveaux se planter et sans cesse apprendre. La série évite l'écueil d'une success story classique et surtout ne caricature jamais les hommes. Ce serait trop simple. Ils sont aussi le fruit de leur époque et souffre tout autant dans la série. C'est aussi là la grande réussite de "The Marvelous Mrs. Maisel". Faire rire, mais toujours projeter et traiter avec intelligence et subtilité une actualité bien présente. Jamais, dans l'opposition à l'homme, la série est féministe mais se pose à hauteur de son personnage principal, simplement en quête du bonheur quitte à bousculer les convenances, à jurer, à détester, à aimer et surtout à faire rire.

Petit bonus: le premier épisode diffusé gratuitement sur Youtube.




The Marvelous Mrs. Maisel

The Marvelous Mrs. Maisel

Créée par Amy Sherman-Palladino

Avec Rachel Brosnahan, Alex Borstein, Michael Zegen, Tony Shalhoub, Marin Hinkle et Kevin Pollak

Diffusée sur Amazon Prime.

Rédaction Cinktank