Wonder Woman marque la vraie arrivée de DC dans le game des super-héros au cinéma

Critiques
Audio picto à l'écoute
07.06.2017
C'est un atout majeur et plutôt malin, d'avoir une héroïne si magnétique qu'on lui excusera tout. Même quand elle raconte ses conneries sur l'amour et le respect.

Lorsque tu iras voir "Wonder Woman" de Patty Jenkins, cher lecteur, il faut que tu fasses un pacte avec toi-même. D'abord, il faut que tu acceptes le fait que Wonder Woman est un personnage foncièrement bon et candide, qui va prôner des valeurs telles que l'amour, le respect, le partage ou encore la vérité. Valeurs qui, dans notre monde capitaliste dégueulasse, passent toujours pour des bêtises melliflues qui manquent de la noirceur dont est faite la vie, la vraie. Mais ici, tu vas devoir dealer avec.



Ensuite, cher lecteur (ou chère lectrice, mais ai-je besoin de préciser?), en allant voir ce film, il va falloir que tu gardes en tête qu'il est réalisé par une femme. Et que, non pas que cette différence soit péjorative (au contraire), c'est juste que comme c'est véritablement le PREMIER film de super-héros parlant d'une super-héroïne et traité avec la vision d'une femme. Ça va faire beaucoup à encaisser d'un coup.


wonder-woman

À lire aussi : LE CRÉATEUR DE WONDER WOMAN, PSYCHOLOGUE, FÉMINISTE, PIONNIER DU DÉTECTEUR DE MENSONGE ET ADEPTE DU POLYAMOUR !

Donc, "Wonder Woman", au-delà de l'histoire que tu connais déjà, depuis le teasing monstrueux qu'on se prend dans la tête dans le décevant "Batman V Superman", où DC avait l'air de nous dire "Mais attendez, on en a un autre vachement bien qui arrive!"...donc, au delà de tout ça, "Wonder Woman" c'est l'origin story du membre de la Justice League le plus enragé et le plus bienveillant. On le verra plus tard avec les autres films de l'univers, mais Diana Prince, c'est quand même la déesse toute gentille et pleine de bonne volonté qui arrive dans le monde des humains et découvre à ses dépends qu'on est tous des gros fils de putes qui s'entretuent pour le pouvoir ou l'argent. De quoi pas mal déchanter. Et Wonder Woman, c'est cet être qui comprend ça. Un peu à la manière de Leeloo dans "Le Cinquième Élément" de Luc Besson. Elle le comprend d'ailleurs mieux que Superman par exemple, que l'on peut comparer à elle sur de nombreux points.

À lire aussi : WONDER WOMAN ET LES MEUFS BADASS DE « FASTER, PUSSYCAT ! KILL ! KILL !


wonder-woman

Mais alors ce film, ça dit quoi ?

Franchement : Ouais, bien joué Patty Jenkins. On assiste au film qui crée véritablement un style à l'univers DC. Arrivant à mêler un humour rafraîchissant et pas débile (la rencontre entre un homme cabotin et une femme qui n'en a jamais connu) avec des scènes de baston au dessus de beaucoup de choses que l'on voit actuellement et qui transpirent bien évidemment la patte de Zack Snyder (les plans picturaux, les ralentis...). Et surtout une esthétique magnifique, autant dans les couleurs que dans la mise en scène, plaçant le film totalement dans le registre mythologique et lyrique. Loin des couleurs acidulées et pop de l'univers Marvel.


wonder-woman

Et si l'on met de côté une confrontation avec "le grand méchant", qui a pourtant de vraies motivations, aux faux airs de discours à l'ONU. Si l'on met également de côté une conclusion plutôt mélo, mais nécessaire pour construire ce qu'elle sera plus tard (avec cette fâcheuse tendance à croire que l'amour est ce qui sauvera l'homme), alors on a devant nous un vrai film épique. Qui t'attrape par la main et ne te lâche plus jusqu'à la fin des 2h21. Avec une tripotée de seconds rôles riches dans ce qu'il apportent à l'histoire et l'attachement aux enjeux : le très drôle Saïd Taghmaoui, Ewen Bremner (ou Spud de "Trainspotting), Eugene Brave Rock, Lucy Davis. Sans évidemment oublier Chris Pine, toujours juste dans son jeu (comme il l'est dans la franchise Star Trek) et qui s'associe parfaitement à la prestance naturelle de Gal Gadot.

À lire aussi : HOMMAGE AUX BADASS GIRLS, CES BOTTEUSES DE CUL DU CINÉMA

L'actrice Gal Gadot y est pour beaucoup, tant la réalisatrice se plait à la filmer de très près. Captant parfaitement son grand regard et faisant que, homme comme femme, tout le monde tombe directement amoureux d'elle. C'est un atout majeur et plutôt malin, d'avoir une héroïne si magnétique qu'on lui excusera tout. Même, quand elle raconte ses conneries sur l'amour et le respect. Mais ça, c'est obligé, c'est Wonder Woman. On devra faire avec.


wonder-woman

wonder-woman

Wonder Woman
Un film de Patty Jenkis avec Gal Gadot, Chris Pine, Robin Wright, Danny Huston, David Thewlis, Connie Nielsen, Elena Anaya, Lucy Davis, Saïd Taghmaoui, Ewen Bremner…

rédaction Cinktank