your name: in the name of love

Critiques
Audio picto à l'écoute
30.12.2016
Heureusement, on est vite rassuré tant la suite du film s'engage dans des voies plus adultes, riches en surprises et en émotions.

entrez la description de l'image ici

Mitsuha est une lycéenne qui réside dans une petite ville située dans les montagnes. Elle vit aux côtés de sa petite sœur, sa grand-mère ainsi que son père, bien que ce dernier ne soit jamais à la maison à cause de son travail de maire. En réalité, sa vie ne lui convient pas et elle souhaiterait vivre à Tokyo.
Taki est un lycéen qui habite à Tokyo et qui a un talent pour le dessin. Il vit une vie normale d'étudiant entouré d'amis et travaille dans un petit restaurant italien. Mais un jour, il fait un rêve dans lequel il est dans la peau d'une jeune fille qui vit dans une ville en montagne. Mitsuha, quant à elle, fait également un rêve dans lequel elle est dans un corps d'un garçon tokyoïte.

Premier film d’animation à franchir les 10 milliards de yens (100 millions de dollars) au box-office japonais, non produit par le studio Ghibli et non réalisé par Hayao Miyazaki, Your Name est actuellement le 3e plus gros succès du cinéma japonais. Il se glisse entre Le Château ambulant et Le Voyage de Chihiro, qui a atteint 30,4 milliards de yens (300 millions de dollars) en 2001.

C'est donc avec à une certaine confiance que l'on s'installe dans la salle de cinéma, content de pouvoir profiter du grand écran pour découvrir un film d'animation trop souvent cantonné aux sorties direct en DVD.
Pourtant, les premières minutes laissent dans l'expectative tant l'utilisation de la musique japonaise pop et un romantisme exacerbé rappellent les dessins animés de notre enfance, période Club Dorothée. Ce n'est pas désagréable, mais ce n'est pas non plus ce que l'on attend. Heureusement, on est vite rassuré tant la suite du film s'engage dans des voies plus adultes, riches en surprises et en émotions.

Sans dévoiler les nombreux rebondissements qui traversent Your name, le film parvient à nous surprendre aussi bien dans l'histoire que dans les thèmes abordés. La notion de transgenre est ici traitée par le biais du fantastique et ne tombe jamais dans un discours de propagande, la mort, les catastrophes naturelles, mais surtout l'amour impossible (qui est au cœur de l'histoire) sont examinés avec une pudeur toute japonaise, même si parfois, on tombe dans un sentimentalisme exagéré tout aussi japonais. La place du sacré prend toute son ampleur dans la dernière partie du film qui explore le folklore nippon et le poids que représente l'histoire familiale sur la destiné d'un individu. C'est peut-être le seul bémol du film et ce qui le fait souffrir de la comparaison avec les œuvres de Miyazaki, beaucoup plus universalistes.

On pourrait même pinailler sur certaines incohérences scénaristiques, mais au final, l'émotion l'emporte sur la raison. C'est là que se trouve la réussite la plus éclatante du film, cette capacité à nous embarquer dans cette histoire qui mélange les genres (comique, catastrophe, action, romantique, fantastique) sans jamais oublier ses personnages et en respectant ses spectateurs, toujours au plus près de l'action et emportés dans cette histoire d'amour, qui sans nul doute traversera les frontières. Véritable phénomène de société au Japon et dans une grande partie de l'asie, Your Name pourrait souffrir d'une attente trop grande malgré les qualités du film.



En salle depuis le 28 décembre

Texte: Rédaction Cinktank