Accueil Dernières minutes L'International La Commission européenne suit la crise au Kazakhstan « avec une grande inquiétude »...

La Commission européenne suit la crise au Kazakhstan « avec une grande inquiétude » et appelle au confinement

29
0

La France et l’Allemagne rejoignent l’inquiétude générale quant à l’évolution des manifestations

Paris :, 7 (Cinktank.com)

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a déclaré qu’elle suivait « avec une grande inquiétude » la situation au Kazakhstan en raison de la vague de protestations et de la répression des manifestants et a appelé au confinement pour éviter que les tensions ne s’aggravent davantage.

« Les droits et la sécurité des citoyens sont primordiaux », a souligné le chef de l’exécutif communautaire lors d’une conférence de presse à Paris en compagnie du président français Emmanuel Macron, qui a reçu des représentants de la Commission européenne à l’occasion du début de la présidence gauloise de le Conseil.

Von der Leyen a appelé « à la fin des violences » et a proposé l’aide de l’Union européenne, dans des termes qui ont également été soutenus par Macron, qui a également prôné la réduction des tensions.

Le président français a assuré être « préoccupé » par l’évolution des événements et a prévenu qu’il restait « extrêmement vigilant », quelques heures après que le président kazakh, Kasim Jomart Tokayev, a ordonné aux forces de sécurité de tirer sans sommation préalable contre ceux qui sont considérés comme des « terroristes ».

Pour sa part, le gouvernement allemand a également exprimé sa préoccupation, notant que « la violence ne peut jamais être une réponse adéquate » aux manifestations. Une porte-parole de l’exécutif d’Oalf Scholz, Christiane Hoffmann, a exhorté toutes les parties à réduire les tensions et à parvenir à une « solution pacifique », selon l’agence de presse DPA.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a également annoncé qu’il examinerait si l’ordre de tirer pour tuer les manifestants est appliqué. « Il doit être très clair que le recours à la force meurtrière, à balles réelles contre des civils, notamment lorsque des forces militaires sont déployées, doit toujours être le dernier recours », a souligné un porte-parole ministériel.

Article précédentDonnées du premier tour de la LaLiga Santander 2021-2022
Article suivantAffaire Novak Djokovic, frère Djordje : le plus grand scandale diplomatique