Accueil Dernières minutes L'International Le gouvernement britannique ouvre une enquête pour islamophobie présumée contre un député

Le gouvernement britannique ouvre une enquête pour islamophobie présumée contre un député

47
0

Johnson dit qu’il prend les accusations d’islamophobie « extrêmement au sérieux »

Paris :, 24 (PRESSE EUROPÉENNE)

Le gouvernement britannique a ouvert lundi une enquête sur les plaintes pour discrimination religieuse portées par la députée conservatrice Nusrat Ghani, qui a assuré il y a quelques jours avoir été relevée de son poste de secrétaire aux Transports en raison de sa confession musulmane.

Downing Street a confirmé que le Premier ministre Boris Johnson avait demandé au Cabinet Office britannique d’ouvrir une enquête à cet égard, une décision qui a été « salue » par Ghani, à qui il a été recommandé il y a quelques jours de déposer une plainte officielle pour lancer ce processus. et ne l’a pas fait.

Le secrétaire à l’Éducation, Nadhim Zahawi, qui a également soutenu ce dimanche la nécessité d’ouvrir une enquête « adéquate » à cet égard, a confirmé ce lundi à la chaîne Sky News que Johnson a transmis à Ghani que le cabinet analysera ce qui s’est passé.

De même, Johnson a assuré qu’il prenait les accusations d’islamophobie « extrêmement au sérieux », même lorsqu’elles lui sont parvenues il y a 18 mois, et a déclaré qu’il était « satisfait » de l’ouverture de l’enquête. Le gouvernement britannique a confirmé, pour sa part, que Johnson et Ghani se sont entretenus dimanche soir.

Ghani a accusé ce week-end un haut responsable de son parti, Mark Spencer, de l’avoir démis de ses fonctions au ministère des Transports lors d’un remaniement du gouvernement Johnson en février 2020, puisque ses convictions religieuses pouvaient poser « un problème ».

Lire aussi:   Le bureau des droits de l'homme de l'ONU dénonce une escalade "alarmante" des abus en Birmanie.

Selon Ghani, Spencer aurait dit que son « statut de secrétaire musulmane » mettait « mal à l’aise » de nombreux collègues, qui verraient également avec inquiétude son prétendu manque de loyauté car elle n’en ferait pas « assez » pour défendre le parti conservateur contre accusations d’islamophobie…

Peu de temps après ces déclarations, Spencer est sorti pour confirmer qu’il était la personne à laquelle Ghani avait fait référence sans la nommer et a nié s’être exprimé à son sujet en ces termes.

« Ces accusations sont complètement fausses et je les considère comme diffamatoires. Je n’ai jamais utilisé ces mots qui m’ont été attribués », a écrit Spencer sur son profil Twitter, d’où il a également rappelé qu’il avait été conseillé à Ghani de déposer une plainte officielle auprès du Parti conservateur pour commencer. le processus, mais « refusé ».

Johnson a refusé de dire si Spencer restera à son poste pendant le déroulement de l’enquête, demandant « d’attendre et de voir » l’analyse.

Lire aussi:   L'Allemagne confirme plus de 90 000 cas de coronavirus en une journée pour la première fois depuis le début de la pandémie

Article précédentLe gouvernement libanais tient sa première réunion en trois mois après la fin du blocus imposé par le Hezbollah et l’AMAL.
Article suivantUn tribunal israélien rejette la demande d’une famille palestinienne de reconstruire sa maison à Shaykh Kharra