Accueil Dernières minutes L'International Le gouvernement du Danemark ne participera pas aux Jeux olympiques d’hiver de...

Le gouvernement du Danemark ne participera pas aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin

28
0

Paris :, 15 janv. (Cinktank.com) –

Le gouvernement du Danemark a fait savoir ce vendredi soir qu’il ne participerait pas aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022, qui se tiendront le mois prochain, en raison de « la situation générale » des droits de l’homme en Chine.

Ainsi, les autorités danoises ont fait savoir qu’elles n’avaient pas l’intention d’envoyer une représentation officielle à Pékin, donc aucun représentant du gouvernement ou de la famille royale n’assistera à l’événement sportif, selon le journal ‘Berligske’.

Le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a participé ce vendredi à une réunion avec les ministres de l’Union européenne pour tenter de trouver « une ligne commune » concernant l’événement : « Chaque pays a pris des décisions différentes sur la voie à suivre. Mais un certain nombre de pays partageant les mêmes idées , tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Europe, ont choisi, pour ainsi dire, de ne pas participer au niveau politique », a-t-il souligné.

En ce sens, Kofod a affirmé que le Danemark est préoccupé par la situation « générale » des droits de l’homme en Chine, principalement en raison des violations qui sont commises contre la minorité ouïghoure. Pour cette raison, il a confirmé que le Danemark n’enverra pas de représentants officiels à l’événement sportif.

« Bien que le gouvernement ne participera pas, les athlètes danois peuvent toujours participer. Ils peuvent compter sur le soutien total du gouvernement. Et nous les encouragerons, comme nous le faisons habituellement, mais nous le ferons depuis chez nous et non depuis les bars. à Pékin », a-t-il conclu. Kofod, selon le journal danois « Jyllands Posten ».

Les Pays-Bas ont rejoint le boycott diplomatique ce vendredi, alléguant que la présence de spectateurs néerlandais n’est pas autorisée, en raison des restrictions imposées par le coronavirus, selon une source du ministère des Affaires étrangères.

Le premier à annoncer le boycott diplomatique a été le gouvernement des États-Unis, lorsqu’en décembre de l’année dernière, il a fait valoir qu’il n’assisterait pas aux Jeux olympiques en raison des violations présumées des droits de l’homme que la Chine commettrait, par exemple, contre le Groupe ethnique ouïghour, de minorité musulmane, dans la région du Xinjiang.

Peu de temps après, l’Australie, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon et l’Allemagne se sont joints. Après l’annonce du boycott, Pékin a accusé Washington d’organiser « une farce » puisqu' »aucune invitation n’avait été étendue », et a demandé qu’ils s’abstiennent « de politiser le sport et arrêtent ces « actes erronés qui perturbent » les JO.

Article précédentLes États-Unis maintiennent la voie diplomatique ouverte pour résoudre la crise ukrainienne avec la Russie
Article suivantPékin confirme son premier cas de la variante omicron moins de trois semaines avant les Jeux olympiques d’hiver