Accueil Dernières minutes L'International Le journal indépendant « Citizen News » annonce qu’il ferme ses portes en raison...

Le journal indépendant « Citizen News » annonce qu’il ferme ses portes en raison de l’absence de liberté de la presse à Hong Kong.

159
0

Paris :, 3 janv. (Cinktank.com) –

Le média indépendant « Citizen News » a annoncé dimanche qu’il cessait son activité en raison du manque de liberté de la presse à Hong Kong et pour « assurer le bien-être du personnel » après l’arrestation de journalistes et la fermeture du journal pro-démocratique « Stand News ».

« Malheureusement, nous ne pouvons plus nous battre pour nos convictions dans cette réalité sans craindre le raz-de-marée des changements de société de ces dernières années et la détérioration des médias », a annoncé le journal dans un communiqué sur son profil Twitter officiel.

Le personnel du « Citizen News » a ajouté que « dans cette situation critique », ils doivent « assurer le bien-être » de tous ceux qui travaillent au journal, car ils sont « au centre de la tempête » et désormais « ce ne sont pas des pluies torrentielles ou des vents forts, mais des tsunamis et des ouragans » qui vont arriver.

« A nos abonnés et lecteurs, nous vous remercions sincèrement pour votre soutien. Nous chérirons toujours cet incroyable voyage au cours des cinq dernières années », a souligné le journal, qui desservait Hong Kong depuis cinq ans.

‘Citizen News’ a lancé une campagne de crowdfunding au cours de ses premiers mois d’activité en 2017 et a ensuite annoncé un modèle d’abonnement et de don pour se maintenir. En mars, une nouvelle équipe a été formée suite au démantèlement de  » iCable News  » en décembre 2020, selon le journal  » Hong Kong Free Press « .

Lire aussi:   Le Danemark prévoit qu'il demandera un test négatif pour COVID-19 pour entrer dans le pays

En octobre, le département de la sécurité du gouvernement de Hong Kong a déclaré que le média avait « induit ses lecteurs en erreur » en affirmant que le chef de la sécurité avait refusé de garantir la liberté d’expression compte tenu de la législation imminente sur la sécurité.

Ce nouveau coup dur pour le journalisme intervient moins d’une semaine après la fermeture de « Stand News », après que six personnes associées au journal ont été arrêtées à la suite d’une descente de police qui a finalement conduit à la fermeture du journal.

Un jour plus tard, la police nationale de Hong Kong a engagé des poursuites contre deux hommes, âgés respectivement de 34 et 52 ans, liés au journal pro-démocratique, pour conspiration par le biais de « publications séditieuses ».

« Le département de la sécurité nationale a également émis un acte d’accusation à l’encontre de la société de médias pour avoir commis l’infraction susmentionnée et lui a demandé de désigner des représentants pour assister à la mention du tribunal cet après-midi », indique le communiqué de la police de Hong Kong.

Lire aussi:   L'UNICEF condamne la mort d'au moins quatre enfants dans l'escalade du conflit en Birmanie

Reporters sans frontières (RSF) a qualifié de « coup fatal à la liberté de la presse » la fermeture de « Stand News », qui était nominé pour les Prix de la liberté de la presse 2021 de l’organisation.

Le chef du bureau Asie de l’Est de RSF, Cédric Alviani, a exhorté il y a quatre jours les démocraties « à agir conformément à leurs propres valeurs et obligations » et à « défendre ce qui reste de la presse libre à Hong Kong, avant que le modèle chinois de contrôle de l’information ne fasse une nouvelle victime ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a également condamné le raid dans un communiqué : « Le journalisme n’est pas une sédition », et a demandé aux autorités chinoises et de Hong Kong de « cesser d’attaquer les médias libres et indépendants » et de « libérer les journalistes et les cadres ».

Article précédentLosoong 2021 : tout ce que vous devez savoir sur le festival
Article suivantCritique des écouteurs TWS Nothing Ear 1 Black Edition : plus sombres mais meilleurs ?