Accueil Dernières minutes L'International Le président du Kazakhstan affirme que la situation est sous contrôle mais...

Le président du Kazakhstan affirme que la situation est sous contrôle mais qu’il y a encore des « terroristes » armés.

39
0

Paris :, 7 janv. (Cinktank.com) –

Le président du Kazakhstan, Kasim Khomart Tokayev, a annoncé que les autorités locales maîtrisaient la situation causée par les émeutes antigouvernementales, même s’il a averti qu’il y avait encore des « terroristes » armés, en référence aux manifestants.

« L’opération antiterroriste a commencé. Les forces de l’ordre travaillent dur. Fondamentalement, l’ordre constitutionnel a été rétabli dans toutes les régions du pays (…) Mais les terroristes continuent à utiliser des armes et à endommager les biens privés. Par conséquent, les actions antiterroristes doivent se poursuivre jusqu’à la destruction complète des militants », a déclaré M. Tokayev.

Le président kazakh a convoqué une réunion vendredi, à laquelle ont participé les dirigeants de l’administration présidentielle, le Conseil de sécurité et les forces de l’ordre, a indiqué le bureau présidentiel dans un communiqué.

En outre, tôt vendredi matin (heure locale), il a été signalé que l’accès à l’internet filaire, qui était restreint depuis la veille, avait été rétabli, bien que les lignes mobiles soient toujours indisponibles.

Suite à l’escalade de la violence des manifestations sociales depuis le début de l’année au sujet du prix du gaz liquéfié, le président Tokayev a décrété l’état d’urgence dans la capitale, Nursultan, jusqu’au 19 janvier.

Les autorités ont mis en place un total de six points de contrôle sur les routes proches de la ville, le règlement limitant également l’accès à Nursultan de 23 heures à 7 heures (heure locale).

Le maire de la capitale, Altai Kulginov, a exhorté les citoyens à éviter les lieux bondés et les manifestations illégales, au cours desquelles des « dizaines » de manifestants et près de 20 agents de sécurité auraient été tués, ainsi que près de 2 300 personnes blessées, selon Jabar 24.

CONTINGENT RUSSE

La présidence kazakhe a confirmé l’arrivée du contingent russe de soldats de la paix de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) au Kazakhstan pour « aider à rétablir l’ordre ».

« Ce contingent est arrivé pour une durée limitée afin de remplir principalement les fonctions de couverture et d’assurer la protection des objets stratégiques », a indiqué le bureau présidentiel, bien que cette information ait été précédemment diffusée par le ministère de la Défense.

L’initiative de Moscou a provoqué une réaction à Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, exprimant des doutes quant à la légalité du déploiement des troupes. La mission permanente du Kazakhstan auprès des Nations unies a même informé le Conseil de sécurité des Nations unies des mesures de stabilisation prises.

« À ce stade, nous ne savons pas s’ils agissent à l’invitation du Kazakhstan ou non », a déclaré M. Psaki, faisant référence à l’envoi de forces militaires par la Russie.

Les Nations unies ont indiqué jeudi par la voix de leur porte-parole, Stéphane Dujarric, qu’elles n’étaient pas en mesure pour l’instant de vérifier le nombre de victimes, tout en appelant à des manifestations pacifiques.

M. Dujarric a confirmé que tout le personnel des Nations unies présent dans le pays – 285 personnes et 25 autres employés de la mission des Nations unies en Afghanistan – est sain et sauf.

Enfin, il a indiqué que la représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Asie centrale, Natalia Gherman, a été en contact avec le ministère kazakh des Affaires étrangères, réitérant les appels à « la retenue, à s’abstenir de toute violence et à promouvoir le dialogue pour faire face à la situation ».

Article précédentLa pandémie de coronavirus laisse déjà plus de 300 millions de cas dans le monde, selon l’Université Johns Hopkins
Article suivantComprendre la maltraitance des enfants : un expert explique ses formes et les moyens d’y remédier