Accueil Dernières minutes L'International Le président du Kazakhstan donne l’ordre de tirer pour tuer « sans sommation »...

Le président du Kazakhstan donne l’ordre de tirer pour tuer « sans sommation » les « terroristes » lors des dernières manifestations.

32
0

Il qualifie de « stupides » les appels au dialogue lancés « depuis l’étranger » et refuse de « négocier avec les criminels ».

Le président du Kazakhstan, Kasim Khomart Tokayev, a annoncé vendredi qu’il avait donné l’ordre de tirer pour tuer sans sommation les « terroristes » impliqués dans les dernières manifestations du pays, dont l’épicentre se trouve dans la ville d’Almaty.

« J’ai ordonné aux forces de sécurité et à l’armée de tirer pour tuer sans avertissement », a déclaré le président lors d’un discours à la nation, dans lequel il a exclu de négocier avec les manifestants, comme le rapporte le portail d’information kazakh Khabar 24.

Il a qualifié de « stupides » les appels « venant de l’étranger » à des « négociations entre les parties pour résoudre les problèmes de manière politique ». « Est-il possible de négocier avec des criminels et des meurtriers ? » a-t-il demandé, avant de souligner que les autorités ont affaire à des « criminels armés, tant nationaux qu’étrangers ».

Dans ce sens, il a souligné que « l’opération antiterroriste se poursuit dans le pays » et a ajouté qu' »il y a un travail à grande échelle et bien coordonné mené par la police, la garde nationale et l’armée pour établir la loi et l’ordre, conformément à la Constitution ».

« La situation à Almaty, Aktobe et dans la région d’Almaty s’est stabilisée hier. L’instauration de l’état d’urgence donne des résultats. La légalité constitutionnelle est en train d’être rétablie dans tout le pays », a-t-il déclaré.

« L’opération antiterroriste se poursuit. Les miliciens n’ont pas rendu leurs armes et continuent à commettre des crimes ou à se préparer à le faire. La lutte contre eux doit être achevée. Ceux qui ne se rendent pas seront détruits », a-t-il averti.

Il a réaffirmé que « les criminels terroristes de ce genre doivent être éliminés le plus rapidement possible », avant de remercier le président russe Vladimir Poutine d’avoir répondu à sa demande d’envoyer des troupes dans le pays pour assurer la sécurité face aux manifestations.

M. Tokayev a déclaré que « les terroristes continuent à endommager les biens publics et privés et à utiliser des armes contre les citoyens » et a défendu sa décision de demander le soutien de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) pour « introduire un contingent de maintien de la paix afin de soutenir l’établissement de l’ordre constitutionnel ».

« Ce contingent est arrivé dans notre pays pour une courte période de temps afin d’effectuer des tâches de couverture et de soutien », a-t-il déclaré, tout en remerciant tous les pays membres de l’organisation pour leur réaction à son appel.

« LA DÉMOCRATIE N’EST PAS LA PERMISSIVITÉ ».

Dans ce sens, le président kazakh a indiqué que « les événements tragiques survenus dans le pays nous font voir les problèmes de la démocratie et des droits de l’homme sous un jour nouveau » et a souligné que « la démocratie n’est pas la permissivité et, surtout, elle n’est pas l’incitation à des actions illégales ».

Il a défendu la nécessité de lois qui « garantissent le bien-être du pays » et a fait valoir que « ce n’est pas une attaque contre les libertés civiles ou les droits de l’homme ». « Au contraire, la tragédie d’Almaty et d’autres villes du Kazakhstan a montré que la violation des lois, la permissivité et l’anarchie conduisent à la violation des droits de l’homme », a-t-il déclaré.

« À Almaty, les bandits terroristes ont endommagé non seulement des bâtiments publics, mais aussi des biens personnels de civils, sans parler de la santé et de la vie de centaines de civils et de militaires », a déclaré M. Toyayev.

À cet égard, il a critiqué « les soi-disant défenseurs et activistes des droits de l’homme qui se placent au-dessus de la loi et croient qu’ils ont le droit de se rassembler où ils veulent et de parler de ce qu’ils veulent » et a déclaré qu' »en raison des actions irresponsables de ces activistes, la police est détournée de l’activité principale de maintien de l’ordre ».

« Les médias dits libres et les personnalités étrangères jouent un rôle de facilitateur et d’instigateur dans les violations de l’ordre public, loin des intérêts fondamentaux de notre peuple multinational », a-t-il déclaré, avant d’ajouter qu' »on peut dire sans exagérer que tous ces démagogues irresponsables sont devenus complices de la tragédie du Kazakhstan ».

« Il ne fait aucun doute que nous nous remettrons rapidement de cette tache noire sur notre histoire », a déclaré le président, notant que « l’essentiel est d’éviter la répétition de tels événements à l’avenir ».

Il a ainsi dévoilé la création d’un « groupe spécial interdépartemental » pour « rechercher et arrêter les bandits et les terroristes ». « Je promets à nos citoyens que toutes ces personnes seront tenues strictement responsables », a-t-il déclaré.

Dans cette optique, il a appelé le public à rester « vigilant » et à « signaler toute activité suspecte » aux autorités, avant d’ajouter qu’il s’attaquerait au manque d’équipement des forces de sécurité.

M. Tokayev a en outre réaffirmé qu' »il existe un plan clair d’attaques contre les installations militaires et administratives dans presque toutes les régions » par des personnes « dotées d’une grande capacité de combat et d’une cruauté bestiale » et qui utilisent la « désinformation » pour « manipuler » la population.

« Il y a beaucoup de travail à faire pour tirer les leçons de la tragédie que nous avons vécue, également du point de vue socio-économique », a-t-il déclaré, avant d’annoncer qu’il ferait des annonces dans ce domaine dans la journée du 11 janvier, dans une référence apparente aux raisons des protestations, déclenchées par l’augmentation des prix du gaz liquéfié.

La ville d’Almaty est la plus touchée par les manifestations. Selon les autorités, au moins treize policiers et des « dizaines » de manifestants auraient été tués lors des troubles, alors que les manifestants tentaient de pénétrer dans plusieurs bureaux gouvernementaux. Le ministère kazakh de l’Intérieur estime que quelque 2 000 personnes ont été détenues dans la ville.

629393.1.260.149.20220107100803

Vidéo de l'actualité


Article précédentLe Drian relie l’explosion de Dakar la semaine dernière à une possible attaque terroriste
Article suivantCe lait ayurvédique est votre réponse aux maladies, virus et infections liés aux changements climatiques.