Accueil Dernières minutes L'International Le risque d’escalade militaire en Ukraine marque une rencontre tendue entre Blinken...

Le risque d’escalade militaire en Ukraine marque une rencontre tendue entre Blinken et Lavrov.

92
0

Washington insiste sur le fait qu’il y aura de « graves conséquences » en cas d’attaque russe et Moscou préconise de laisser l’Ukraine en dehors des « jeux géopolitiques ».

Paris, 2 déc. (Cinktank.com) –

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, ont eu jeudi un entretien qui a mis en évidence la tension latente autour de l’Ukraine, où Washington craint une attaque imminente qui, comme il l’a encore souligné jeudi, aurait de « graves conséquences ».

Les deux ministres se sont rencontrés à Stockholm à l’occasion de la réunion de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Ce face-à-face intervient à un « moment critique », selon les termes de M. Blinken, qui dénonce depuis plusieurs jours les mouvements de troupes et de matériel russes près de la frontière ukrainienne.

Le secrétaire d’État américain n’a pas caché sa « préoccupation » face à cette nouvelle « agression » et, s’il a défendu la diplomatie pour résoudre le conflit dans l’est de l’Ukraine, il a également fait savoir que les États-Unis et leurs alliés n’hésiteront pas à « imposer des coûts importants » si la Russie opte pour une « escalade militaire », selon un communiqué de son bureau.

Blinken « a exhorté la Russie à retirer ses forces » et à œuvrer en faveur des accords de Minsk, qui visaient à mettre fin au conflit de 2014 dans les régions séparatistes de l’est de l’Ukraine. À cet égard, il a préconisé un cessez-le-feu dans la région, rapporte le département d’État.

Lire aussi:   La France annonce la mort d'un haut responsable d'Al-Qaïda lors d'une opération au Mali

Pour sa part, le gouvernement russe a de nouveau exprimé ses craintes d’une présence militaire accrue de l’OTAN dans l’est de l’Ukraine et a également évoqué la possibilité de « conséquences graves » si ses « préoccupations légitimes » sont ignorées et que l’Ukraine se retrouve au milieu des « jeux politiques américains ».

Le ministère de M. Lavrov a fait valoir que la Russie pourrait être « contrainte » de « rétablir l’équilibre stratégique et militaire », selon une note rapportée par l’agence de presse russe Sputnik à l’issue de la réunion, qui aurait duré environ une demi-heure. Moscou demande des « garanties de sécurité à long terme » à Washington.

RISQUE « ÉLEVÉ » DE GUERRE

M. Blinken estime en fait qu’il existe une campagne de « désinformation » orchestrée par Moscou pour faire croire que l’Ukraine représente une sorte de « menace ». En réponse aux soupçons russes, il a souligné lors d’une conférence de presse que Kiev « ne cherche pas une confrontation qui justifierait une intervention militaire » de la part de son pays voisin.

Lire aussi:   L'UNICEF prévient que si tous les pays consommaient comme l'OCDE et l'UE, 3,3 planètes seraient nécessaires.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que le risque de guerre en Ukraine restait « élevé », une possibilité qu’il a attribuée aux autorités ukrainiennes. Peskov a assuré qu’ils n’excluent pas le début d’une action militaire contre les rebelles dans le Donbas et que, par conséquent, « la situation reste tendue ».

Concernant la possibilité de pourparlers directs entre Kiev et Moscou, le porte-parole de la présidence russe a accusé l’autre partie de se livrer à des « contradictions », car il estime qu’elle viole les accords de Minsk.

Article précédentL’Inde rejette les allégations de l’ONU concernant les violations des droits de l’homme au Cachemire.
Article suivantUn tribunal britannique se prononce en faveur de Meghan Markle dans un différend sur la vie privée avec un tabloïd