Accueil Dernières minutes L'International Le Royaume-Uni réitère à l’UE qu’il souhaite une « relation constructive » et lui...

Le Royaume-Uni réitère à l’UE qu’il souhaite une « relation constructive » et lui demande d' »accélérer » les pourparlers

35
0

Paris :, 21 décembre (Cinktank.com) –

Le Royaume-Uni a réitéré mardi à l’UE qu’il souhaitait une « relation constructive » avec les Vingt-sept, bien qu’il ait averti que sa position « n’avait pas changé » tout en demandant « d’accélérer » les pourparlers sur les questions en suspens après le Brexit à l’année prochaine, date à laquelle ils devraient reprendre.

La ministre britannique des Affaires étrangères et en charge des négociations avec l’UE, Liz Truss, et le vice-président de la Commission européenne chargé des relations avec le Royaume-Uni, Maros Sefcovic, ont eu ce mardi un entretien téléphonique pour « discuter des questions en suspens sur l’Europe ». Londres a indiqué.

À cet égard, Truss a déclaré à Sefcovic que le Royaume-Uni recherchait une relation « basée sur le commerce et la croyance partagée en la liberté et la démocratie », bien que « la résolution des problèmes actuels soit essentielle pour libérer ce potentiel ».

« La position du Royaume-Uni n’a pas changé. Nous avons besoin que les marchandises circulent librement entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, mettre fin au rôle de la Cour de justice de l’Union européenne en tant qu’arbitre final des différends entre nous et résoudre d’autres problèmes », a défendu Truss. , selon un communiqué partagé par Londres.

Dans ce contexte, il a demandé « d’accélérer le rythme des pourparlers au cours de la nouvelle année », car sa préférence « continue d’être de parvenir à une solution concertée ». Cependant, « si cela ne se produit pas », le Royaume-Uni reste prêt « à activer les garanties de l’article 16 pour faire face aux vrais problèmes auxquels l’Irlande du Nord est confrontée et pour protéger l’accord de Belfast dans toutes ses dimensions », a prévenu Truss.

Truss vient de prendre la tête des négociations avec l’UE, après le départ de son prédécesseur, le David Trust. Son arrivée pourrait faciliter un « redémarrage » des négociations avec Bruxelles, entachées d’irrégularités ces derniers mois. Ce mardi était le premier contact qu’il a eu avec l’UE depuis qu’il a été nommé à ce poste.

Bruxelles et Londres sont déjà en contact intensifié depuis plusieurs semaines pour tenter de sauver le protocole pour l’Irlande du Nord que tous deux ont convenu dans le cadre du Brexit mais que le gouvernement britannique refuse désormais d’appliquer car il affirme que son respect est complexe et a une forte coût pour les entreprises et les citoyens. D’autres problèmes que les deux parties doivent résoudre sont également ouverts, comme celui de Gibraltar.

Article précédentLe chiffre d’affaires de BlackBerry dépasse les estimations, la demande de cybersécurité restant forte
Article suivantAthletic-Atletico et Levante-Rayo Iberdrola reportés en raison de plusieurs points positifs