Accueil Dernières minutes L'International Le Sénat américain rejette la proposition d’imposer des sanctions liées au gazoduc...

Le Sénat américain rejette la proposition d’imposer des sanctions liées au gazoduc Nord Stream 2

40
0

Paris, 14 janv. (Cinktank.com) –

Le Sénat américain a rejeté vendredi un projet de loi présenté par le député républicain Ted Cruz visant à imposer des sanctions en rapport avec le gazoduc Nord Stream 2, notamment à l’encontre de la société responsable de la construction du gazoduc, qui reliera la Russie à l’Allemagne.

Au total, 55 sénateurs ont voté contre le projet de loi, qui a obtenu 44 voix, loin des 60 nécessaires pour être adopté, selon le compte Twitter officiel du Sénat.

« Avec 55-44, le Sénat a rejeté #S2426, un projet de loi qui exige l’imposition de sanctions aux entités responsables de la planification, de la construction ou de l’exploitation du gazoduc Nord Stream 2 et aux hauts responsables de ces sociétés », a-t-il souligné.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré la semaine dernière que l’administration travaillait avec le Congrès et les pays européens sur un « paquet de sanctions » qui « maximiserait » les coûts pour la Russie si elle « poursuit son agression » contre l’Ukraine, mais a critiqué la proposition de Cruz.

En ce sens, il a fait valoir que, si elle était adoptée, elle « ne servirait qu’à saper l’unité entre les alliés européens à un moment crucial où un front unifié doit être présenté en réponse aux menaces russes contre l’Ukraine ».

« Nous sommes déterminés à travailler avec le Congrès sur une dissuasion forte et crédible contre l’agression russe en Ukraine », a souligné M. Price, insistant sur le fait qu' »il est essentiel d’assurer une unité transatlantique maximale pour faire face à la menace russe potentielle en Ukraine ».

« La Russie interpréterait toute division de notre position découlant des sanctions sur Nord Stream 2 comme une occasion d’exploiter une fissure dans la relation transatlantique, et cette administration est déterminée à ne pas lui donner cette occasion », a-t-il déclaré.

Les États-Unis et l’Allemagne ont conclu en juillet 2021 un accord qui finalisera le projet de gazoduc, auquel l’administration du président Joe Biden s’était initialement opposée, considérant qu’il s’agissait d’une initiative que la Russie pourrait utiliser pour faire pression.

Pour sa part, le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, a lié jeudi l’avenir du gazoduc à l’évolution de la situation en Ukraine, dont la frontière avec la Russie est le théâtre d’un important renforcement militaire qui a suscité des inquiétudes quant à une éventuelle invasion.

Le gazoduc Nord Stream 2, qui va de la côte russe à l’Allemagne en passant par la mer Baltique, se compose de deux gazoducs d’une capacité totale de transport de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. À la mi-octobre, il a été déclaré opérationnel après que la première de ses branches a été remplie de gaz, comme annoncé par Nord Stream AG.

Article précédentLancement du projecteur domestique Optoma UHZ50 avec résolution 4K et taux de rafraîchissement de 240 Hz
Article suivantRoutine de soins de nuit pour éliminer l’acné, les imperfections et les éruptions cutanées