Accueil Dernières minutes L'International Les autorités kurdes imposent un couvre-feu à Hasaka sur fond de combats...

Les autorités kurdes imposent un couvre-feu à Hasaka sur fond de combats avec l’État islamique dans une prison.

100
0

La coalition affirme que le groupe djihadiste « a condamné à mort un grand nombre des siens ».

Paris :, 24 (Cinktank.com)

Les autorités kurdes du nord-est de la Syrie ont imposé un couvre-feu d’une semaine dans la province de Hasaka, face aux affrontements contre le groupe djihadiste État islamique autour d’une prison attaquée la semaine dernière.

La commission de l’intérieur de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) a indiqué que la mesure n’affectait pas les services essentiels, notamment les boulangeries, les centres de santé et les bureaux publics.

Il a souligné que l' »échec » de la Turquie à empêcher les activités des autorités kurdes en Syrie l’a conduite à « recourir » à l’État islamique pour « saper » les forces kurdes, selon l’agence de presse syrienne NPA.

Au cours des dernières heures, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a mené des bombardements sur les positions des djihadistes dans la prison de Ghueran, sans qu’aucune victime ne soit signalée, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

L’organisme basé à Londres, qui dispose d’informateurs dans le pays, a indiqué que la coalition avait repris ses attaques plus tôt dans la journée, avant d’ajouter que des combats avaient été signalés entre les djihadistes et les forces de sécurité kurdes.

Les combats ont repris après que l’État islamique a rejeté l’ultimatum lancé par les forces kurdes pour que les assaillants se rendent et remettent leurs armes, à la suite de combats qui ont fait jusqu’à présent plus de 200 morts.

Pour sa part, le commandant de la mission « Inherent Resolve », John Brennan Jr, a souligné que « dans sa tentative désespérée de montrer sa pertinence, l’État islamique a prononcé une condamnation à mort pour nombre des siens qui ont participé à cette attaque ».

« De nombreux détenus de l’État islamique ont volé des armes aux gardiens de prison qu’ils ont tués, puis ont engagé les forces de réaction rapide des Forces démocratiques syriennes (FDS) », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Lire aussi:   L'ONU insiste sur la voie de la diplomatie avec la Russie et prévient qu'un conflit militaire serait "catastrophique"

« Contrairement à l’État islamique, la coalition a pris des mesures importantes pour garantir un traitement humain des détenus, mais ils ont pris les armes et sont devenus une menace active et, en réponse, ont été confrontés et tués par les FSD et les bombardements de la coalition », souligne le rapport.

Enfin, la coalition a souligné qu’elle assurerait la sécurité des détenus qui n’étaient pas impliqués dans l’attaque et s’est déclarée convaincue que la tentative d’évasion ne constituerait pas une « menace significative » pour l’Irak ou les pays de la région.

ÉVACUATION DES ENFANTS DE LA PRISON

Dans ce contexte, l’organisation non gouvernementale Save the Children a appelé lundi à « l’évacuation immédiate » d’environ 700 enfants de la prison, après que le SDF a déclaré ne pas pouvoir assumer la responsabilité de la situation des enfants piégés en raison des combats.

L’ONG a indiqué qu’environ 700 enfants sont détenus à Ghueiran, après que les FDS se sont emparées de la ville de Baghuz, dernier bastion de l’État islamique en 2019, sans qu’aucune information ne soit donnée à ce jour sur leur situation à l’intérieur de la prison.

À cet égard, Save the Children a indiqué que l’agence et d’autres organisations ont reçu des enregistrements audio suggérant qu’il y a déjà eu des victimes parmi les mineurs, tandis que les SDF ont indiqué que les enfants étaient utilisés comme boucliers humains.

« Ce que nous entendons de la prison de Ghueiran est profondément bouleversant. Les rapports faisant état d’enfants tués ou blessés sont tragiques et scandaleux », a déclaré Sonia Khush, responsable de la réponse humanitaire de Save the Children en Syrie.

« Tous ceux qui participent aux combats dans la prison de Ghueiran ont la responsabilité de protéger ces enfants et nous les exhortons à prendre immédiatement toutes les mesures possibles pour faire en sorte que ces enfants puissent sortir en toute sécurité », a-t-elle ajouté.

Lire aussi:   López Obrador et Biden tiennent une réunion virtuelle sur les migrations à l'approche du Sommet des Amériques

L’ONG a également demandé que les enfants bénéficient d’un soutien médical pour leurs blessures et d’un accès à des services psychologiques afin de les aider à se remettre du traumatisme subi en vue de leur future réintégration dans la société.

Save the Children a souligné qu’un grand nombre des enfants détenus dans la prison sont originaires de pays étrangers, tenant les gouvernements de ces pays pour responsables de la situation. « Le risque de décès ou de blessure est directement lié au refus de ces gouvernements de les ramener chez eux », a déclaré M. Khush.

L’assaut a commencé jeudi avec deux attentats-suicides de camions chargés d’explosifs qui ont explosé à la porte principale et à l’un des murs de la prison, a rapporté l’agence de presse Amaq, sympathisante du groupe djihadiste.

Les FDS affirment que quelque 200 kamikazes ont pris part à ce raid, qu’ils considèrent comme l’action la plus importante du groupe au cours des trois dernières années.

Les FDS ont annoncé le 23 mars 2019 la prise de la ville de Baghuz et la chute du prétendu califat de l’État islamique dans sa forme territoriale, puisqu’il ne contrôle aucune zone en Syrie ou en Irak, où il a été vaincu en décembre 2017.

Toutefois, le groupe a multiplié ses attaques ces derniers mois, notamment dans le triangle susmentionné entre les provinces syriennes d’Alep, de Hama et de Raqqa, ce qui a conduit l’armée russe à intensifier également ses bombardements en soutien aux troupes gouvernementales, qui maintiennent un « statu quo » tendu avec les milices de la région autonome kurde dans le nord-est du pays.

Article précédentBorrell demande « de ne pas dramatiser » avec l’évacuation du personnel d’Ukraine
Article suivantLe comité d’assaut du Capitole confirme les entretiens avec l’ancien procureur général de Trump