Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis et l’OTAN remettent des propositions écrites à la Russie pour...

Les États-Unis et l’OTAN remettent des propositions écrites à la Russie pour prévenir une hypothétique invasion de l’Ukraine.

60
0

Paris/BRUXELLES, 26 (Cinktank.com)

Les États-Unis et l’OTAN ont annoncé mercredi avoir remis à Moscou leurs propositions écrites pour le dissuader de mener une éventuelle invasion de l’Ukraine, dans le contexte de la crise liée au déploiement militaire de la Russie à la frontière ukrainienne.

Le document a été remis par l’ambassadeur américain à Moscou, John Sullivan, qui l’a apporté en personne au ministère russe des affaires étrangères, où il a été reçu par le vice-ministre, Alexandr Grushko.

Le document, préparé en coordination avec l’Ukraine et d’autres alliés européens de l’OTAN, a été approuvé par le président Joe Biden et répond à certaines des préoccupations en matière de sécurité que Moscou a publiquement exprimées ces dernières semaines.

Il décrit les domaines dans lesquels les États-Unis voient un potentiel de progrès dans les négociations avec la Russie, tels que le contrôle des armes, la transparence et la stabilité, a déclaré M. Blinken lors d’une conférence de presse rapportée par les médias américains.

« Si la Russie réduit son agression envers l’Ukraine, arrête sa rhétorique incendiaire et aborde les discussions sur l’avenir de la sécurité en Europe dans un esprit de réciprocité, nous sommes prêts à aller de l’avant là où il y a de la communication et de la coopération », a déclaré M. Blinken.

Il a également prévenu que la demande de Moscou d’exclure l’Ukraine de l’OTAN n’était pas acceptable. « Nous maintiendrons le principe de la porte ouverte de l’OTAN », a déclaré M. Blinken, qui a également annoncé qu’une « assistance militaire défensive » supplémentaire arriverait sur le sol ukrainien cette semaine.

M. Blinken a réaffirmé que Washington et ses partenaires et alliés sont « prêts » à tenir la Russie « responsable » en cas d’invasion de l’Ukraine, avec des actions qui entraîneraient des « coûts importants » pour son économie, comme le contrôle des exportations du pays eurasien.

Lire aussi:   M. Biden appelle M. Boric pour le féliciter de sa victoire et lui présenter ses condoléances pour la mort d'une jeune Chilienne aux États-Unis.

De même, il a souligné l’unité des États-Unis et de leurs partenaires pour « soutenir ce qui doit être des principes inviolables pour atteindre la stabilité et la prospérité » dans les années à venir.

Il a également assuré que les alliés « adaptent des mesures » pour faire en sorte que les approvisionnements énergétiques mondiaux ne soient pas affectés « au cas où la Russie voudrait jouer avec les approvisionnements en gaz » et pour atténuer une éventuelle hausse des prix.

Enfin, il a souligné que la Russie « doit choisir » la voie à suivre et a insisté sur le fait que si elle choisit la voie de « l’agression », ces acteurs sont « unis dans le monde entier ».

POUR LE STOL POUR UN DIALOGUE SUR LA SÉCURITÉ

D’autre part, l’autre acteur majeur de cette crise, l’OTAN, a également transmis ses propositions mercredi, a confirmé un porte-parole de l’Alliance atlantique à Europa Press, quelques minutes avant que le secrétaire général, Jens Stoltenberg, ne confirme cette démarche lors d’une conférence de presse.

Après avoir tenu une réunion avec Moscou le 12 décembre en marge du Conseil OTAN-Russie, l’homme politique norvégien a indiqué que les alliés sont prêts à s’asseoir à nouveau avec Moscou pour discuter des domaines de sécurité dans lesquels l’Alliance et la Russie peuvent bénéficier mutuellement l’une de l’autre.

Cette proposition a été « négociée et acceptée » par les 30 alliés, a déclaré M. Stoltenberg, qui a insisté sur le fait que l’OTAN était prête à discuter avec Moscou de la réduction des armes nucléaires, du contrôle des missiles à courte et moyenne portée et d’une plus grande transparence des exercices militaires.

Lire aussi:   L'ONU met en garde contre les violations des droits de l'homme au Vietnam à l'encontre de militants condamnés pour avoir diffusé de la propagande

Le secrétaire général de l’OTAN a souligné que l’avancement de ce processus « dépend maintenant de la volonté de s’engager de bonne foi et d’essayer de s’asseoir et de trouver un terrain d’entente ».

M. Stoltenberg a clairement indiqué qu’il était prêt à écouter les préoccupations de la Russie, mais qu’il ne céderait pas aux exigences selon lesquelles l’OTAN ne s’étendrait pas en Europe orientale. « Nous avons clairement indiqué que nous ne faisons aucun compromis sur le droit d’un pays à demander l’adhésion[à l’OTAN] », a-t-il déclaré.

Si Moscou n’écoute pas cette proposition et va de l’avant avec la confrontation, le chef politique de l’OTAN a déclaré que l’organisation est prête à déployer sa force de réaction rapide de 5 000 nationalités « en quelques jours ». Il a confirmé que l’OTAN pourrait y faire appel en cas de crise, sous réserve d’une décision du Conseil de l’Atlantique Nord.

M. Stoltenberg a souligné que l’Alliance atlantique a renforcé la préparation de ces forces de réaction, dans le cadre de laquelle Washington a confirmé mardi qu’elle fournirait 8 400 militaires en réponse aux actions russes.

Les tensions concernant l’Ukraine ont été exacerbées ces dernières semaines par l’augmentation des troupes russes déployées dans la région, ce que la communauté internationale considère comme une menace d’invasion. Le gouvernement russe a toutefois rejeté ces accusations.

Article précédentLes Huthis soulignent que leur attaque contre la capitale des EAU « est une réponse légitime » à la guerre au Yémen.
Article suivantTesla voit des problèmes de chaîne d’approvisionnement tout au long de 2022, mais affiche un revenu record