Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis proposent d’aider à enquêter sur la mort de la journaliste...

Les États-Unis proposent d’aider à enquêter sur la mort de la journaliste Shirín abu Aklé

36
0

Paris, le 13 mai (Cinktank.com) –

Les États-Unis se disent « prêts » à aider l’une ou l’autre partie dans l’enquête sur la mort de la journaliste d’Al-Jazeera Shirin abu Akle, tuée d’une balle dans la tête dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, mercredi.

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré lors d’une conférence de presse que ni l’Autorité palestinienne ni Israël n’avaient demandé l’aide des États-Unis pour le moment, et a encouragé les parties à partager les résultats de leurs enquêtes « afin de s’assurer que toutes les preuves sont disponibles et pleinement évaluées ».

« Nous comprenons qu’Israël et l’Autorité palestinienne mènent déjà des enquêtes sur les circonstances de cet assassinat », a-t-il déclaré, ajoutant que les États-Unis encouragent les deux parties à le faire « de manière approfondie et transparente ».

Plus tôt jeudi, le commissaire aux affaires civiles de l’Autorité palestinienne, Husein al-Sheikh, a déclaré sur les médias sociaux que l’Autorité palestinienne mènerait une enquête indépendante sur ce qui s’est passé.

En réponse au refus des autorités palestiniennes de lancer une enquête conjointe avec Israël sur la mort d’Abou Akle, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a reproché aux dirigeants palestiniens de faire obstacle aux efforts de Tel Aviv pour obtenir « la vérité » sur ce qui s’est passé.

Lire aussi:   Monitor Michoacán ferme ses portes après le meurtre de son directeur, Armando Linares, au Mexique.

« J’attends une coopération totale, ouverte et transparente. J’attends également de l’Autorité palestinienne qu’elle ne prenne aucune mesure visant à entraver l’enquête ou à compromettre sa régularité d’une manière qui nous empêcherait de découvrir la vérité », a-t-il ajouté.

Selon l’agence de presse Maan, Abu Akle, 51 ans, se trouvait dans un camp de réfugiés de Jénine et couvrait les affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces de sécurité israéliennes, qui ont tiré sur les jeunes hommes et les équipes de médias présentes dans la zone.

Diverses vidéos montrent le journaliste portant un gilet pare-balles et un casque sur lequel est inscrit le mot « presse ». En fait, le journaliste Ali Samudi, qui a reçu une balle dans le dos, a déclaré au quotidien « Haaretz » que lui et un autre journaliste, ainsi que le reporter qui est mort dans la fusillade, portaient leurs gilets d’identification.

La journaliste a été pleurée jeudi lors de funérailles nationales après avoir été transportée dans les rues de Ramallah par un cortège portant son corps enveloppé dans un drapeau palestinien et le gilet de presse qu’elle portait lorsqu’elle a reçu une balle dans la tête.

Lire aussi:   Le Kremlin affirme que son objectif n'est pas de diviser le territoire ukrainien "en pièces détachées"

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rendu hommage à Abou Akle dans l’enceinte présidentielle, où un important cortège de la Garde nationale a également eu lieu, et a déclaré qu’Israël était « totalement » responsable de la mort du journaliste.

M. Abbas a également déclaré que les responsables palestiniens s’adresseraient à la Cour pénale internationale (CPI) pour obtenir justice. Après la veillée funèbre, l’enterrement du journaliste aura lieu vendredi dans la vieille ville, rapporte Al-Jazeera.

Article précédentM. Sullivan et son homologue sud-coréen discutent après la récente inauguration de Yoon Suk Yeol.
Article suivantUn autre scooter électrique Ola S1 passe en marche arrière à pleine vitesse, laissant une personne de 65 ans blessée