Accueil Dernières minutes L'International Les Gardiens de la révolution iraniens déclarent avoir lancé avec succès leur...

Les Gardiens de la révolution iraniens déclarent avoir lancé avec succès leur premier satellite à l’aide d’une fusée à propergol solide.

37
0

Paris :, 14 janv. (Cinktank.com) –

Les Gardiens de la révolution iraniens ont annoncé vendredi qu’ils avaient réussi à lancer un satellite à l’aide d’une fusée à propergol solide. C’est la première fois que le pays y parvient après avoir utilisé des fusées à propergol liquide pour ses lancements.

Le commandant de la force aérospatiale des gardiens de la révolution, Amir Ali Hayizade, a noté que « ce test a été réalisé avec succès pour la première fois » et a ajouté que « désormais, l’Iran sera en mesure de lancer un grand nombre de satellites en utilisant des moteurs à faible coût ».

« Ces deux dernières années, tous les lancements de fusées satellites ont fonctionné avec du carburant liquide, mais lors de ce test, nous avons réussi à utiliser un moteur à carburant solide d’une poussée de 66 tonnes », a-t-il déclaré, comme le rapporte la chaîne iranienne Press TV.

Le ministère iranien de la défense a dévoilé en février 2021 une fusée satellite à propergol solide capable de transporter des satellites pesant jusqu’à 220 kilogrammes sur des orbites situées à 500 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre.

Le gouvernement iranien a toujours affirmé que ces satellites collecteront des données météorologiques et d’autres fonctions ayant une application civile et a nié qu’ils aient un but militaire, et qu’ils ne violeraient donc pas les accords internationaux.

Toutefois, les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont, par le passé, critiqué le programme de satellites de l’Iran et ont mis en garde contre son utilisation possible pour des missiles balistiques à longue portée.

Le lancement a eu lieu alors que des pourparlers sont en cours à Vienne en vue d’un retour des États-Unis à l’accord nucléaire de 2015. Les contacts seront suspendus entre le 31 décembre et le 3 janvier, a récemment annoncé Téhéran.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentLes potentiels remplaçants de Boris Johnson attendent l’évolution de la crise
Article suivantLe Bayern Munich signe le talent offensif sud-coréen Hyunju Lee