Accueil Dernières minutes L'International Les putschistes birmans annoncent que les élections de 2023 se dérouleront selon...

Les putschistes birmans annoncent que les élections de 2023 se dérouleront selon un système de représentation proportionnelle.

46
0

Paris :, 14 janv. (Cinktank.com) –

Les autorités birmanes issues du coup d’État militaire ont confirmé vendredi pour la première fois que les prochaines élections du pays, provisoirement prévues pour août 2023, se dérouleront selon un système de représentation proportionnelle, au lieu du scrutin majoritaire uninominal.

Le porte-parole de la junte militaire, Zaw Min Taw, a confirmé que « le mois d’août est la date finale pour les élections », mais a de nouveau prévenu que la tenue du scrutin dépendait de la situation sécuritaire dans un pays où l’armée est toujours engagée, un an après le coup d’État, dans des combats contre des groupes armés ethniques et des organisations de résistance populaire autoproclamées dans diverses régions du pays.

« Les élections auront lieu lorsque l’état d’urgence prendra fin et que l’armée aura terminé son travail », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse rapportée par Channel News Asia.

La principale opposition aux militaires étant détenue ou en exil, les autres partis politiques avaient auparavant considéré le changement de système électoral avec un certain scepticisme.

Le président du Front national Arakan, Aye Maung, avait souligné jeudi dernier que le système proportionnel favorise, en principe, un environnement plus pluraliste et bénéfique pour les minorités ethniques du pays.

« Ce système développe un environnement propice à un gouvernement de coalition et élimine le monopole des partis », a-t-il déclaré à Burma News. Le président du Parti démocratique national karen (KNDP), Mann Aung Pyi Soe, est également favorable au principe d’une modification du système « pour autant qu’elle soit bénéfique aux zones ethniques ».

Toutefois, comme le rappelle U Than Htay, porte-parole du Parti du développement national Khami, « la situation actuelle en Birmanie n’est pas propice aux élections ». « Tout est compliqué ici et la situation politique n’est pas stable », a-t-il ajouté, en attendant de savoir si, comme cela s’est produit lors des élections passées, l’armée impose un quota obligatoire de représentation pour ses partis affiliés.

Le porte-parole de la junte a également insisté sur le fait que les tribunaux militaires n’envisagent aucune sorte d’amnistie pour les dirigeants de l’opposition birmane détenus, tels que la militante et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi et le président déchu U Win Myint, qui sont accusés de fraude selon les militaires, alors que les institutions internationales les décrivent comme des victimes de persécutions politiques.

« Personne n’est au-dessus de la loi ici et ils doivent payer pour ce qu’ils ont fait », a déclaré Zaw Min Taw.

Article précédentL’Italie et les institutions de l’UE disent au revoir à Sassoli lors de funérailles nationales à Rome
Article suivantPlus de 30 millions de familles américaines seront privées d’allocations familiales spéciales à partir de ce week-end.