Accueil Dernières minutes L'International Les talibans commencent à supprimer les images de femmes sur les affiches...

Les talibans commencent à supprimer les images de femmes sur les affiches et les publicités dans la capitale afghane.

27
0

Paris :, 20 déc. (Cinktank.com) –

Les autorités installées par les talibans en Afghanistan après leur prise de pouvoir en août ont commencé lundi à supprimer les images de femmes des affiches et des publicités dans la capitale du pays, Kaboul.

La mairie de Kaboul a déclaré sur son compte Twitter que ces images étaient « contraires à la charia » et a souligné que « le processus de leur retrait était en cours ». « Il est nécessaire de prêter attention aux valeurs et aux limites éthiques », a-t-il fait valoir.

À cet égard, il a déclaré que « si le respect est obligatoire pour les membres de la communauté, il est impératif que toutes les classes et tous les militants adhèrent à des valeurs éthiques dans leurs affiches et leurs publicités. » « L’éthique est le contrôleur ou le régulateur de la société », a conclu le bureau du maire de Kaboul.

Elle a également publié une série de photographies d’affiches avec des visages de femmes défigurés, recouverts ou rayés sur divers panneaux d’affichage dans des magasins et des salons de beauté de la ville.

Depuis leur arrivée au pouvoir, les talibans ont imposé des restrictions sévères aux droits des femmes et des filles, notamment la fermeture des écoles et l’interdiction d’aller travailler dans de nombreux secteurs, tandis que les protestations des militants ont été durement réprimées par les autorités.

Le porte-parole des talibans et vice-ministre de l’information et de la culture, Zabihullah Mujahid, a déclaré fin novembre que les filles pourront reprendre leur scolarité à partir de l’année prochaine. « L’Émirat islamique tente de mettre en place un mécanisme conforme aux principes islamiques et aux intérêts nationaux », a-t-il déclaré.

Les talibans, qui ont pris le pouvoir après être entrés dans Kaboul peu après la fuite du président de l’époque, Ashraf Ghani, ont ensuite annoncé la formation de leur gouvernement, marqué par l’absence de femmes et de représentants d’autres groupes politiques en Afghanistan.

Malgré cela, le vice-premier ministre afghan, Abdulsalam Hanafi, a souligné en octobre que le gouvernement « est inclusif », ajoutant que le groupe fondamentaliste a essayé d’intégrer tous les groupes ethniques et secteurs sociaux dans les nouvelles autorités.

Article précédentL’UE insiste sur la date du 24 décembre pour les élections présidentielles libyennes
Article suivantLes États-Unis disent à la Russie qu’ils sont prêts à s’engager dans la diplomatie mais que celle-ci doit être « réciproque ».