Accueil Dernières minutes L'International L’ONU défend la justice universelle après la condamnation d’un ancien général syrien...

L’ONU défend la justice universelle après la condamnation d’un ancien général syrien en Allemagne

32
0

Paris :, 13 janv. (Cinktank.com) –

Les Nations Unies ont qualifié d' »historique » la condamnation à la prison à vie prononcée par un tribunal allemand à l’encontre de l’ancien général syrien Anwar Raslan, accusé entre autres de torture, et ont averti que « tôt ou tard », les responsables d’exactions dans le « conflit brutal » en Syrie devront rendre des comptes, ce pour quoi elles espèrent que la justice universelle continuera d’être appliquée.

Raslan a été condamné par un tribunal de Coblence, qui l’a déclaré coupable de torture, de détention illégale et de violences sexuelles, entre autres crimes. Une autre personne à sa charge avait déjà été condamnée, mais le verdict de jeudi est sans précédent par sa portée et son symbolisme.

« Ce procès braque une fois de plus les projecteurs sur la torture et les traitements cruels et véritablement inhumains (…) que d’innombrables Syriens ont subi dans les centres de détention », a déclaré la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué.

L’arrêt examine, par exemple, les abus commis dans une prison des services de renseignement à Damas, où quelque 4 000 victimes auraient été enregistrées, avec au moins 30 décès, selon l’agence de presse DPA. Certains des témoins et des victimes de Raslan ont témoigné devant le tribunal.

Mme Bachelet espère que cette sentence sera un tournant, un « saut fondamental » dans l’épuration des responsabilités et l’aide aux victimes dans un pays accablé depuis plus de dix ans par une guerre qui se poursuit sans relâche. Selon l’ancien président chilien, elle met les autorités « en garde » : « Où que vous soyez et quel que soit votre rang, si vous commettez des actes de torture ou d’autres violations graves des droits de l’homme, vous devrez en répondre tôt ou tard, dans votre pays ou à l’étranger ».

À cette fin, il considère que la justice universelle est essentielle, un principe en vertu duquel les tribunaux des pays tiers peuvent mettre au banc des accusés des personnes considérées comme responsables de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Dans le cas de la Syrie, l’implication de systèmes judiciaires externes est particulièrement importante car ce pays ne fait pas partie de la Cour pénale internationale (CPI) et le Conseil de sécurité des Nations unies n’a pas non plus réussi à trouver un consensus pour invoquer la Cour.

Cette dernière condamnation est, selon Mme Bachelet, « un exemple clair de la manière dont les tribunaux nationaux peuvent et doivent combler les lacunes en matière de responsabilité » par des enquêtes « équitables et indépendantes » respectant les normes internationales. « Elle a un effet dissuasif et contribue à prévenir de futures atrocités », a-t-elle déclaré.

Article précédentLe Parti socialiste Costa reste le favori au Portugal, en dessous de la majorité absolue
Article suivantUn tribunal américain ordonne aux FARC de verser 36 millions de dollars de dommages et intérêts au fils d’Ingrid Betancourt