Accueil Dernières minutes L'International L’OTAN et la Russie s’assoient mercredi pour faire face aux tensions militaires...

L’OTAN et la Russie s’assoient mercredi pour faire face aux tensions militaires à la frontière avec l’Ukraine

38
0

BRUXELLES, 11 janv. (Cinktank.com) –

Les pays de l’OTAN vont s’asseoir mercredi devant la Russie pour faire face à l’escalade des tensions à la frontière avec l’Ukraine, où la forte concentration militaire à Moscou a déclenché l’alarme sur une éventuelle agression contre Kiev.

Comme l’ont confirmé des sources diplomatiques, la réunion réunira les 30 alliés avec les autorités russes, lors d’une réunion présidée par le secrétaire général, Jens Stoltenberg, à laquelle les États-Unis seront représentés par leur secrétaire d’État adjointe, Wendy Sherman, et Russie par son vice-ministre des Affaires étrangères Alexander Grushko.

Le Conseil OTAN-Russie de mercredi est présenté comme la première étape pour réduire les tensions entre les alliés et le Kremlin, après une année pleine de désaccords politiques et diplomatiques et avec la menace sur l’Ukraine comme point de friction, après que Moscou déploiera des unités militaires et des dizaines de milliers de soldats à la frontière.

La rencontre fait suite aux contacts maintenus à Genève entre Washington et Moscou dans la journée de lundi et qui se sont conclus sans que les parties ne s’éloignent de leurs propositions initiales et avec le seul accord pour continuer à discuter.

Les États-Unis ont pris la tête de ces contacts, dans lesquels ils veulent impliquer l’OTAN malgré les implications possibles pour la sécurité européenne alors que l’UE a revendiqué son rôle dans la résolution de la crise.

Face aux « garanties de sécurité » exigées par Moscou, qui réclame une moindre présence de l’OTAN et de l’UE dans son voisinage, le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, a souligné que « toute discussion sur la sécurité européenne qu’elle doit lieu en coordination et avec la participation de l’UE.

Washington a souligné que « les décisions ne seront pas prises sur l’Ukraine sans l’Ukraine, sur l’Europe sans l’Europe ou sur l’OTAN sans l’OTAN ». Il considère également une ligne rouge pour parler d’un veto à l’entrée de Kiev dans l’organisation militaire, comme le prétend le Kremlin. Bien entendu, le représentant américain s’est ouvert à la réunion suisse pour « établir des limites réciproques sur la taille et la portée des exercices militaires et pour améliorer la transparence sur les exercices ».

Cependant, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a défendu la conclusion d’accords avec la Russie et a souligné que la réunion était l’occasion d’ouvrir la voie à une sortie de crise à la frontière avec l’Ukraine.

Cependant, il a réduit les attentes concernant le dialogue avec Moscou et, bien qu’il voit une étape positive dans le fait que l’OTAN et la Russie s’assoient pour discuter, Stoltenberg a déclaré que cette réunion ne résoudra pas toutes les questions en suspens.

De son côté, le président ukrainien, Volodimir Zelenski, s’est déclaré ces dernières heures prêt à prendre « les décisions nécessaires » pour « mettre fin au conflit », pour lequel il a appelé à un nouveau sommet des dirigeants de le Quatuor de Normandie, qui comprend également la Russie, la France et l’Allemagne.

Article précédentUne nouvelle étude confirme que le stress mental peut entraîner une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC)
Article suivantComment réaliser le test rapide de l’antigène Covid-19 à domicile et que faut-il éviter ?