Accueil Dernières minutes L'International L’UNICEF signale que près de 850 enfants sont en danger imminent du...

L’UNICEF signale que près de 850 enfants sont en danger imminent du fait de la violence dans le nord-est de la Syrie

111
0

Paris :, 24 janv. (Cinktank.com) –

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a signalé que près de 850 enfants sont exposés à un risque imminent de violence dans la ville de Hasakah, dans le nord-est de la Syrie.

« L’escalade de la violence dans la ville d’Al Hasakah, liée à la tentative d’évasion de la prison de Ghueran jeudi dernier, a mis en grave danger la sécurité de près de 850 enfants en détention. Certains n’ont pas plus de 12 ans », a déclaré l’UNICEF dans un communiqué.

« À mesure que les combats se poursuivent, le risque que des enfants soient blessés ou recrutés de force augmente », ajoute le rapport.

L’UNICEF a donc demandé la libération de ces enfants : « la détention d’enfants ne devrait être qu’une mesure de dernier recours et pour la durée la plus courte possible ».

Dans le nord-est de la Syrie, près de 10 000 enfants et leurs mères se trouvent dans des centres ou des camps de détention. Ils viennent de plus de 60 pays et « luttent pour survivre dans des conditions de plus en plus difficiles et un hiver rigoureux ».

Lire aussi:   Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles tirés par les milices Huthi

L’UNICEF appelle toutes les parties présentes dans le nord-est de la Syrie à mettre « les enfants à l’abri et à les protéger à tout moment ».

Les forces kurdes et celles de la coalition internationale contre l’État islamique ont pris le contrôle de la prison de Ghueran, dans le nord-est de la Syrie. Deux émeutes de prisonniers du groupe terroriste État islamique (EI) dans la province de Hasakah, dans le nord-est de la Syrie, ont mis fin à un assaut de quatre jours mené par l’EI pour libérer leurs près de 5 000 camarades emprisonnés dans cette prison, qui a fait jusqu’à présent plus de 200 morts, selon le premier bilan officiel.

Les FDS ont annoncé le 23 mars 2019 la prise de la ville de Baghuz et la chute du prétendu califat de l’État islamique dans sa forme territoriale, puisqu’il ne contrôle aucune zone en Syrie ou en Irak, où il a été vaincu en décembre 2017.

Lire aussi:   L'Autriche réitère son intention d'appliquer la vaccination obligatoire depuis février malgré les doutes

Toutefois, le groupe a multiplié ses attaques ces derniers mois, notamment dans le triangle susmentionné entre les provinces syriennes d’Alep, de Hama et de Raqqa, ce qui a conduit l’armée russe à intensifier également ses bombardements en soutien aux troupes gouvernementales, qui maintiennent un « statu quo » tendu avec les milices de la région autonome kurde dans le nord-est du pays.

Article précédentXavi : « Nous ne sommes pas d’humeur à lancer des feux d’artifice, la victoire a beaucoup de valeur ».
Article suivantLes États-Unis déconseillent à leurs citoyens de se rendre en Russie.