Accueil Dernières minutes L'International M. Borrell appelle à l’unité de l’UE pour agir face à une...

M. Borrell appelle à l’unité de l’UE pour agir face à une Russie qui « cherche à reconstruire l’espace soviétique ».

36
0

BRUXELLES, 12 janv. (Cinktank.com) –

Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, a appelé à l’unité des Vingt-sept sur un plan d’action contre la menace russe pour la sécurité européenne, attribuant à Moscou une tentative de diviser l’UE et de « recomposer l’espace géopolitique soviétique ».

Dans un message publié sur son blog personnel à l’occasion de la réunion de l’OTAN avec la Russie, M. Borrell a revendiqué le rôle de l’UE dans la définition des questions de sécurité sur le continent et a insisté sur le fait qu’elle « doit parvenir à des positions claires » et à des « actions et contributions claires » sur l’architecture de sécurité européenne.

« Pour atteindre cet objectif, nous, Européens, devons être unis et formuler notre réponse dans le cas où la Russie matérialiserait ses menaces contre l’Ukraine ou contre l’ordre de sécurité européen », a-t-il déclaré, tout en appelant à des « actions concrètes » de la part des États membres et non à la simple expression d’opinions ou d’intentions.

Les tensions avec la Russie se sont multipliées l’année dernière dans différentes régions d’Europe, principalement avec la crise en Biélorussie, mais c’est le déploiement militaire de la Russie en fin d’année aux frontières de l’Ukraine qui a déclenché toutes les alarmes sur une nouvelle agression russe, à l’instar de l’annexion de la Crimée en 2014.

Le chef de la diplomatie européenne, qui s’est rendu dans la région de Donbas dans les premiers jours de l’année lors d’une visite sans précédent, a fait valoir que l’UE devait jouer un rôle dans la résolution de la crise avec l’Ukraine. Toutefois, le bloc européen a été exclu des contacts avec Moscou tenus par les États-Unis à Genève cette semaine et ne sera pas représenté en tant que tel au Conseil OTAN-Russie.

MOSCOU REMET EN QUESTION LES PRINCIPES DE SÉCURITÉ

Selon M. Borrell, la Russie cherche à rompre avec l’ordre politique et de sécurité issu de la fin de la guerre froide et, à cette fin, n’hésite pas à remettre en question des principes auxquels elle s’était engagée à l’époque, tels que l’intégrité territoriale de ses voisins ou le droit de choisir sa participation aux organisations et traités internationaux.

En ce sens, le Haut Représentant met en garde contre le fait que « la recomposition de l’espace géopolitique soviétique et la division des États-Unis et de l’Europe pourraient constituer un objectif stratégique pour Moscou » et, par conséquent, appelle à une réflexion sur cette question lors de la réunion informelle des ministres des affaires étrangères qui se tiendra cette semaine à Brest, en France.

« Moscou agit comme une puissance révisionniste », a déclaré l’homme politique espagnol, faisant référence à la demande « inacceptable » de ne pas faire adhérer l’Ukraine et la Géorgie à l’OTAN. « Aux yeux de la Russie, cette interdiction s’applique non seulement aux pays qui formaient l’Union soviétique, mais aussi aux États membres de l’UE comme la Suède et la Finlande », a-t-il prévenu.

Article précédentBerlusconi pèse ses options pour être président de l’Italie devant le silence de Draghi
Article suivantRègles : remédier aux conditions menstruelles peu hygiéniques pour éviter l’infertilité