Accueil Sport Golf Manuel Morugan a remporté l’Abruzzo Alps Open.

Manuel Morugan a remporté l’Abruzzo Alps Open.

23
0

Avec un birdie sur le premier trou du play-off, Manuel Morugan (68 65 65) a remporté l’Abruzzo Alps Open au Miglianico Golf & Country Club (par 70) de Miglianico (Chieti). La première étape de l’Italian Pro Tour 2022 revient donc à l’Espagnol qui, dans le play-off, où il a touché un « trou en un », a dépassé la concurrence de l’Irlandais David Carey (67 69 62) et du Néerlandais Koen Kouwenaar (63 68 67), seconds.

Les trois joueurs ont terminé les 54 trous réglementaires avec un total de 198 (-12) mais, au final, c’est Morugan, 31 ans, qui a gagné. Remonté de la cinquième position avec un final de 65 (-5), résultat d’un eagle et de trois birdies, il a récolté 5 800 euros sur une cagnotte de 40 000.

Pour l’Espagnol – qui a reçu le trophée en présence de Franco Chimenti, président de la Fédération italienne de golf – il s’agit du premier succès en carrière sur l’Alps Tour après une année 2021 difficile, caractérisée par une blessure au poignet.

Manuel Morugan, Abruzzes

Rien à faire pour Gregorio De Leo. En tête à la fin du deuxième tour, le Piémontais a terminé la compétition à la cinquième place avec un score de 200 (-10) coups. Professionnel depuis 2021, il a récolté le huitième Top 10 sur l’Alps Tour, le troisième circuit européen masculin.

Lire aussi:   Mauvaise nouvelle : un autre grand joueur ATP se retire de l'Open d'Australie 2022

Alessandro Tadini fait également partie du top 10, septième avec 201 (-9). Et encore : Edoardo Raffaele Lipparelli, Federico Livio et Luca Cianchetti (qui en 2015 a remporté l’Abruzzo Alps Open en tant qu’amateur), tous 10 / i avec 202 (-8) égal à, entre autres, le Français Tom Vaillant,  » meilleur  » amateur de la compétition.

Il compte parmi les sportifs les plus titrés de tous les temps, ainsi que parmi les plus riches du monde. Quand il s’agit de premières, Tiger Woods est toujours présent : 15 majeurs remportés, 110 tournois professionnels, le golfeur le plus titré de l’histoire de ce sport.

Des statistiques qui expliquent pourquoi il a réussi à rester en tête du classement mondial pendant 683 semaines (dont 281 consécutives) et surtout parce qu’il est devenu en 2014 le premier sportif au monde à avoir franchi la barre du milliard de dollars.

Chiffre astronomique qui justifie aussi le fait que Tiger Woods puisse s’offrir un yacht comme le Privacy, un vrai bateau de conte de fées. Et évidemment, nous parlons de quelque chose qui a coûté très cher. Si vous imaginez un yacht de luxe et un certain confort à bord, alors le Privacy l’a.

Lire aussi:   Bryson DeChambeau : "C'est une décision difficile"

Long de 48 mètres, avec une superficie totale de 600 mètres carrés, ce yacht a été acheté par le golfeur en 2004. Équipé de cinq cabines pouvant accueillir un total de dix personnes, il dispose également de quatre quartiers pour neuf membres d’équipage.

Tiger Woods a l’habitude de l’appeler « mon dériveur », même si tout ressemble à un dériveur : avec une vitesse de croisière de 18 nœuds, il a également à son bord une salle de sport où le golfeur continue de s’entraîner. Woods préfère d’ailleurs rester sur ce yacht lors des tournois organisés à New York.

Avec ses intérieurs en bois de cerisier, Privacy dispose également d’un ascenseur pour trois personnes, d’un énorme jacuzzi, suffisamment grand pour accueillir huit personnes, et des inévitables salle de cinéma et coin bar. Le petit plus de ce méga yacht est fourni par la zone que Tiger Woods a voulu consacrer à la plongée sous-marine : ceci explique également la présence d’une chambre de décompression (gonflable) et d’une zone dédiée au remplissage des bouteilles d’oxygène.

Le luxe est également complété par trois jet-skis et deux scooters pour de courtes excursions à terre. Évidemment, tout cela a un prix : Le Privacy a coûté 17 millions d’euros et son entretien annuel s’élève à 1,7 million d’euros.

Article précédentUne fusillade dans un centre commercial de Caroline du Sud fait 12 blessés
Article suivantXavi : « Nous nous sentons volés dans notre propre maison ».