Accueil Dernières minutes Marcelino : « L’ambiance est imbattable ».

Marcelino : « L’ambiance est imbattable ».

32
0

MADRID, 15 janv. (Cinktank.com) –

L’entraîneur de l’Athletic Club, Marcelino García Toral, a assuré qu’il abordait la finale de la Supercoupe d’Espagne de dimanche contre le Real Madrid dans un état d’esprit « imbattable » après avoir éliminé l’Atlético, et a prévenu qu’il ne pouvait pas penser à gagner « sans souffrir » et qu’il devait avoir « de la précision et de l’efficacité », problème dont il a souffert cette saison.

« Animatiquement, nous sommes imbattables. Vous venez jouer la Super Coupe contre trois grands clubs et nous avons réussi à battre l’un d’entre eux, l’actuel champion de la ligue, de manière méritée. L’ambiance est imbattable. L’état physique, nous le verrons cet après-midi. Aujourd’hui, nous aurons une référence plus claire pendant et après l’entraînement », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. « L’ambiance va surmonter toute fatigue que nous pourrions avoir », a-t-il ajouté.

En ce sens, il a déclaré que le fait que le club basque ait participé à quatre finales ces dernières années a « un mérite incroyable ». « Les supporters doivent être fiers de ces joueurs, qui montrent qu’ils sont capables de jouer des finales. Si, en plus, vous y arrivez contre toute attente et que vous le gagnez, c’est incroyable. Le passé ne compte pas non plus, et nous allons tout donner dans cette finale. Nous sommes une équipe difficile et notre expérience passée nous dit que nous allons avoir une chance. Après cela, notre précision va être fondamentale et j’espère que nous serons bien meilleurs que lors du match contre le Santiago Bernabeu », a-t-il déclaré.

« Être ici avec la philosophie de l’Athletic dans le football mondial a un mérite incroyable, que parfois nous oublions même à Bilbao. Il a le mérite de pouvoir rivaliser à ce niveau avec les grands transatlantiques du football, qui atteignent les finales de la Ligue des champions et les gagnent. Mais nous y sommes, les joueurs l’ont mérité par leurs propres mérites. Ils sont finalistes des deux dernières éditions de la Copa del Rey, et ce club doit profiter de ce grand moment », a-t-il poursuivi.

En outre, l’entraîneur asturien a reconnu que le vestiaire de Bilbao est « différent de tous les autres ».  » Dans d’autres vestiaires, il faut unir le groupe ; à l’Athletic, il faut essayer de ne pas perdre la cohésion. De nombreux joueurs se connaissent depuis leur enfance, ils ont vécu ensemble, ils ont un sentiment d’appartenance, ce qui est également difficile lorsqu’il s’agit de gérer la pression. Je suis fier d’entraîner ce groupe », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la finale, Marcelino, qui a assuré qu’ils n’avaient pas de blessés pour le duel, a minimisé l’importance d’avoir 24 heures de récupération en moins que l’équipe de Carlo Ancelotti. « Nous avons cette force mentale qui vient de la victoire et de la bonne performance et l’enthousiasme et l’ambition que nous allons mettre dans ce match. La somme de tout cela peut nous correspondre. Nous avons 24 heures de moins, mais le Real Madrid a également joué une prolongation très exigeante contre le Barça », a-t-il déclaré.

Il a également mis en garde contre les « débuts de match très puissants » du Real Madrid, contre lequel ils seront « ennuyés » s’ils concèdent trop d’occasions. « Ils l’ont montré au Santiago Bernabeu, où ils nous ont subjugués pendant les 25 premières minutes ; nous avons été précis défensivement et ils nous ont pénalisés à San Mames. Ils ont également marqué contre le Barça en première période du match. Il ne fait aucun doute que nous devrons être à un niveau élevé pour ne pas encaisser de but. Si, dans une finale contre le Real Madrid, qui est une équipe super puissante et qui n’a perdu que trois finales sur 17, l’adversaire parvient à prendre l’avantage, cela va nous rendre la tâche très difficile. Mais les matchs durent 90 minutes », a-t-il ajouté.

L’entraîneur du club basque a expliqué que ce sera « négatif » s’ils sortent « avec beaucoup de respect », et a affirmé que les coups de pied arrêtés seront « décisifs ». « On va presser haut quand le ballon est près de Courtois, on va essayer de se regrouper le plus rapidement possible, en bloc moyen ou bas quand c’est approprié. Nous allons avoir des moments imprévisibles dans le jeu où nous devrons défendre bas et subir. On ne peut pas essayer de battre Madrid sans souffrir. Lorsque nous aurons le ballon et en fonction de leur défense, nous devrons attaquer avec des critères. Dans les deux phases, il est important d’être intelligent, et de le faire de manière rapide et organisée », a-t-il déclaré.

« Le Real Madrid attaque très bien, parce qu’ils ont des joueurs avec de très bons pieds ; un milieu de terrain très puissant sur le plan technique et tactique, avec une très bonne vision et précision ; et ils ont deux joueurs devant qui s’avèrent décisifs. Asensio, Rodrygo et Hazard sont également déséquilibrés. Cette saison, ils utilisent davantage la contre-attaque que les saisons précédentes, ce qui leur donne plus de diversité dans leur jeu offensif et rend plus difficile la contre-attaque de leurs adversaires », a-t-il poursuivi.

En outre, il a appelé à penser aux « deux expériences récentes » contre Los Blancos. « La contre-attaque est une arme qu’ils possèdent. À San Mamés, nous avons perdu un ballon dans notre propre moitié de terrain et ils ont marqué un but, et le Barça l’a perdu mercredi dernier et cela a signifié un but du Real Madrid. Nous devons être solvables dans ces situations et essayer de les éviter. Madrid n’a pas généré beaucoup de contre-attaques contre nous lors des deux matchs ; nous avons eu un bon équilibre défensif, avec une bonne pression dans la perte et une bonne maîtrise des situations intermédiaires de progression. Nous allons essayer de répéter cela et d’être efficaces », a-t-il souligné.

Pour cela, ils doivent faire preuve de « précision et d’efficacité ». « C’est le problème que nous rencontrons dans de nombreux matchs cette saison. Et que le Real Madrid ne l’a pas, ce qui est difficile ; ils ont deux joueurs qui, à eux deux, ont marqué 38 buts dans ce championnat. Que ces joueurs n’aient pas leur meilleur jour peut nous aider à gagner », a-t-il déclaré. « Nous sommes une équipe à part entière et nous devons montrer notre potentiel. À partir de là, la précision et le brio des joueurs individuels doivent s’additionner pour obtenir la victoire », a-t-il conclu.

Article précédentDans une nouvelle étude, des scientifiques découvrent comment le cerveau prend ses décisions.
Article suivantLes régions de l’UE récompensent le maire de Cologne pour son travail en faveur de la liberté