Accueil Dernières minutes Marcelino : « Nous ne sommes pas loin de l’Atlético à un match...

Marcelino : « Nous ne sommes pas loin de l’Atlético à un match près

34
0

« Je ne pense pas que la Supercoupe de 2021 ait été gagnée grâce à l’effervescence. »

MADRID, 12 janv. (Cinktank.com) –

L’entraîneur de l’Athletic Club, Marcelino García Toral, a déclaré avant la demi-finale de la Supercoupe d’Espagne contre l’Atlético de Madrid qu’ils ne sont pas « loin » du niveau des « colchoneros » dans un match unique, et a ajouté qu’ils iront « à fond » pour profiter de l’illusion de conserver le titre remporté en 2021.

« Nous faisons face à une très bonne équipe, en même temps nous sommes conscients de notre niveau de compétitivité, démontré dans chaque match. Nous avons gagné, fait match nul et perdu contre l’Atlético et toujours avec des résultats serrés, ce qui indique que nous ne sommes pas loin derrière eux avec un match en moins », a-t-il déclaré en conférence de presse.

En ce sens, l’entraîneur des « lions » estime que cette demi-finale est équilibrée. « Nous savons que l’égalité est la note prédominante, et que le succès décidera de l’équilibre. Nous allons essayer d’être précis dans notre propre zone et, dans l’autre zone, de profiter de quelques occasions. Nous espérons être un peu plus précis que nos adversaires », a-t-il prédit.

Après avoir remporté la Super Coupe 2021 contre le FC Barcelone, ils abordent ce match en tant que vice-champions de la Copa. Nous sommes très heureux d’être ici et d’avoir l’occasion de remporter un titre en deux matchs, et en même temps, nous sommes fiers d’être avec ces trois « grandes équipes ». Nous avons la chance d’être ici, nous allons nous battre avec toute notre intention et notre enthousiasme pour atteindre la finale. Demain, allons-y », a-t-il déclaré.

Concernant la victoire lors de la dernière édition, il a déclaré qu’ils l’ont remportée en jouant avec leur style et en étant plus précis, et non par hasard. « Je ne pense pas qu’ils aient gagné la Supercoupe contre Madrid et le Barça à cause de l’effervescence ou parce qu’un entraîneur (lui-même) est arrivé. Vous gagnez parce que vous croyez en une idée », a-t-il défendu.

« Les joueurs ont donné leur capacité maximale et nous avons eu plus de succès que nos adversaires. Et c’est comme ça que ça s’est passé cette saison, il n’y a aucune différence. Je pense que nous sommes une meilleure équipe maintenant que l’année dernière à ce stade, et cela ne garantit pas la victoire car nous jouons contre trois énormes équipes », a-t-il déclaré.

Quant à ses joueurs, il a assuré qu’il les voyait de la même manière. « Ils travaillent avec enthousiasme et ambition, bonne harmonie, disciplinés et enthousiastes. Je ne verrais rien de différent par rapport à d’habitude, c’est la grande force de cette équipe, elle essaie toujours de faire de son mieux, l’illusion de gagner chaque match est présente et je n’ai que des éloges pour leurs séances d’entraînement », a-t-il déclaré.

Interrogé sur l’absence du blessé Unai Vencedor, il a assuré qu’il ne modifiera pas le plan de jeu. « Si une équipe doit changer sa façon de jouer parce qu’un de ses joueurs est absent, ce serait un énorme problème. Je crois que l’équipe est toujours en avance sur chaque joueur. Nous jouerons la même chose, avec un autre joueur qui aura sûrement un autre profil ou d’autres conditions de ‘Vence’, mais cela ne peut pas nous obliger à changer la direction du jeu », a-t-il soutenu.

Quant aux doutes concernant Yuri, Villalibre et Capa, il les a résolus autant qu’il a pu. « Capa s’est entraîné et j’espère qu’il sera là. Villalibre ne le fera certainement pas, car il ne s’est pas encore entraîné avec l’équipe. Et Yuri, nous devrons l’évaluer avec son avis mais il est dans la dernière ligne droite et très bientôt, si ce n’est pour ce match, il sera disponible », a-t-il déclaré.

Article précédentLes États-Unis menacent de nouvelles sanctions en cas de nouveaux retards dans le processus électoral en Somalie.
Article suivantBerlusconi pèse ses options pour être président de l’Italie devant le silence de Draghi