Accueil Dernières minutes L'International Médecins Sans Frontières signale une augmentation alarmante de la malnutrition infantile dans...

Médecins Sans Frontières signale une augmentation alarmante de la malnutrition infantile dans le nord-ouest du Yémen

61
0

Paris :, 19 déc. (Cinktank.com) –

L’ONG Médecins Sans Frontières a constaté une augmentation « alarmante » de la malnutrition infantile, notamment chez les enfants de moins de cinq ans, dans le gouvernorat yéménite de Haya, au nord-ouest d’un pays en proie depuis près de sept ans à ce qui est considéré comme la plus grande catastrophe humanitaire du monde.

Les affrontements entre les forces gouvernementales yéménites et l’insurrection huthi ont dégénéré en un conflit international avec l’intervention directe de l’Arabie saoudite et de l’Iran en faveur de chaque camp, ce qui a fini par couler ce qui, même avant la guerre, était l’un des pays les plus pauvres du monde.

Selon les données de Médecins sans frontières, le centre d’alimentation thérapeutique pour patients hospitalisés (ITFC) de l’hôpital d’Abs fonctionne à plus de 100 % de sa capacité depuis le début de l’année 2021.

Au total, 3 377 patients ont été admis entre janvier et novembre 2021, tandis que les équipes MSF travaillant avec le centre ont reçu 76 % d’enfants supplémentaires souffrant de malnutrition sévère accompagnée de complications médicales, principalement des infections des voies respiratoires et des diarrhées aiguës, par rapport à la même période l’année dernière.

« Un conflit de près de sept ans a gravement affecté l’économie du pays et affaibli un système de santé déjà fragile », explique Nicholas Papachrysostomou, chef de mission MSF au Yémen. « La situation s’aggrave de jour en jour », a-t-il ajouté.

L’effondrement complet de l’économie yéménite est un facteur essentiel pour comprendre la famine généralisée dans le pays, qui n’est pas tant imputable à un manque de nourriture qu’à l’incapacité de la population à l’acheter.

« La malnutrition au Yémen a parfois été imputée à la famine, donnant l’impression que le pays n’a pas assez de nourriture pour sa population », a déclaré Mme Papachrysostomou. « Toutefois, le problème de la malnutrition ici est plus complexe qu’une simple pénurie de nourriture. Ce qui nous préoccupe, c’est que les gens n’ont pas les moyens d’acheter des aliments qui existent par ailleurs », a-t-il déclaré.

C’est pourquoi l’ONG demande une aide directe à la population en termes de réformes économiques et d’infrastructures, dans la mesure du possible. Plus important encore, « les parties au conflit doivent veiller à ce que le coût du conflit ne soit pas supporté par ceux qui peuvent le moins se le permettre », ajoute MSF.

« Sans ces changements », prévient l’organisation, « les cas de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans vont probablement continuer à augmenter en nombre et en gravité ».

Article précédentLes conservateurs britanniques ouvrent un schisme sur les restrictions après la démission du ministre du Brexit
Article suivantAu moins 45 mineurs blessés dans l’effondrement d’une galerie de charbon dans la province turque d’Izmir