Accueil Dernières minutes L'International Plusieurs anciens conseillers électoraux au Mexique accusent López Obrador de vouloir « violer »...

Plusieurs anciens conseillers électoraux au Mexique accusent López Obrador de vouloir « violer » l’autonomie de l’INE.

39
0

Paris, 14 janv. (Cinktank.com) –

L’ancien président de l’Institut fédéral électoral (IFE) José Woldemberg, ainsi que d’autres anciens conseillers électoraux mexicains, ont accusé le président du pays, Andrés Manuel López Obrador, de vouloir « violer » l’autonomie de l’Institut national électoral (INE).

Dans une interview accordée au journal « El Universal », M. Woldemberg a prévenu qu’il n’appartenait pas au pouvoir exécutif « de faire des remarques ou des recommandations sur la manière dont l’INE dépense son budget ».

« Encore une fois, on ne comprend pas quel est le rôle du gouvernement et quel est le rôle des organismes autonomes. Pour moi, c’est une tentative de violation de l’autonomie, car c’est à l’institut lui-même de définir comment il utilise ses ressources », a-t-il déclaré.

Il a insisté sur le fait que « ce qui doit être clair, c’est que les autorités, en l’occurrence la présidence, ont des pouvoirs très larges, mais ce n’est pas un sultan qui ordonne aux autres ce qu’il faut faire avec les ressources ».

« Quoi, demain le gouvernement va aussi dire à l’Institut national pour la transparence, l’accès à l’information et la protection des données personnelles (INAI) comment gérer ses ressources, il va aussi dire à la Commission nationale des droits de l’homme comment gérer ses ressources, demain le gouvernement va dire non seulement aux organismes autonomes, mais aussi aux pouvoirs législatif et judiciaire, comment gérer leurs ressources ? » s’est-il interrogé.

M. Woldemberg a rappelé que ce n’est pas seulement le Conseil général de l’INE qui approuve le budget, mais aussi la Chambre des députés, qui a refusé d’approuver des ressources supplémentaires pour le vote de rappel de Lopez Obrador.

En ce sens, il a souligné que la controverse fait partie de « la stratégie du gouvernement de Lopez Obrador pour discréditer les organismes autonomes et, en particulier, l’INE ».

« A ce stade, il ne fait aucun doute pour moi qu’au moins la présidence de la République voudrait aligner les organes autonomes sur sa volonté, voire les faire disparaître. Je pense que c’est le plus grand danger auquel nous sommes confrontés », a prévenu M. Woldemberg.

Pour sa part, l’ancien président de l’IFE, Luis Carlos Ugalde, a convenu qu’il s’agit d’une « intrusion et d’une violation de l’autonomie de l’INE » et a assuré qu' »il est déplacé » que le gouvernement fédéral tente de faire des recommandations aux organismes autonomes.

« Il me semble que ce n’est pas le rôle du gouvernement de recommander des politiques internes à des organismes autonomes. Les organes autonomes sont autonomes, ce qui signifie qu’en matière de budget et de planification, ils doivent prendre des décisions sur la base de leurs propres objectifs, de leurs propres processus et de leurs propres politiques. Il est donc déplacé que le gouvernement veuille faire des recommandations aux organes autonomes », a-t-il déclaré.

Article précédentLa Russie inclut les principaux associés de l’opposition Alexei Navalni dans sa liste de terroristes et d’extrémistes
Article suivantLes potentiels remplaçants de Boris Johnson attendent l’évolution de la crise