Accueil Dernières minutes L'International Poutine tient des conversations téléphoniques avec son homologue kazakh et d’autres alliés...

Poutine tient des conversations téléphoniques avec son homologue kazakh et d’autres alliés régionaux pour faire face à la crise

34
0

Paris :, 7 janvier (Cinktank.com) –

Vendredi, le président russe Vladimir Poutine a eu des entretiens téléphoniques avec son homologue kazakh, Kasim Jomart Tokayev, et les dirigeants d’autres pays de la région, tels que l’Arménie, la Biélorussie et le Kirghizistan, pour aborder la crise que traverse le Kazakhstan en raison de la forte protestations déclenchées la semaine dernière en raison de la hausse du prix du gaz liquéfié.

Comme le Kremlin l’a indiqué dans un communiqué, Poutine s’est entretenu avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le chef de l’État kirghize Sadir Japarov.

Le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, a confirmé que les pourparlers faisaient partie du déploiement de quelque 250 soldats par l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire dirigée par la Russie et composée de plusieurs anciennes républiques soviétiques.-Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan et le Tadjikistan.

« Les dirigeants ont examiné la situation au Kazakhstan et discuté d’actions conjointes dans le cadre du mandat de l’OTSC pour lutter contre le terrorisme international, sauvegarder l’ordre public et garantir la sécurité des citoyens », a déclaré la présidence russe.

Les manifestations ont jusqu’à présent fait des dizaines de morts, dont des membres des forces de sécurité kazakhes. Tokayev a annoncé ce vendredi avoir émis un ordre de tirer pour tuer sans avertissement préalable les « terroristes » impliqués dans les dernières manifestations dans le pays, qui ont leur épicentre dans la ville d’Almaty.

Ainsi, il a qualifié de « stupides » les appels « de l’étranger » à « une négociation entre les parties pour résoudre les problèmes politiquement ». « Est-il possible de négocier avec des criminels et des meurtriers ? », s’est-il demandé, avant de souligner que les autorités font face à « des criminels armés et des initiés, nationaux et étrangers ».

Article précédentLevante et Real Sociedad veulent mettre fin à la pire crise de la saison
Article suivantMinistre australien : Djokovic n’est pas en détention. Il peut quitter le pays quand il le souhaite